Hautes-Alpes : un budget voté à l'unanimité

Hautes-Alpes : un budget voté à l'unanimité

ÉCONOMIE / Le groupe de "propositions" a toutefois fait part d'une vigilance quant à l'action urgente à mener envers la jeunesse

 

- Hautes-Alpes - 

 

Premier budget du mandat, premier budget voté à l’unanimité au sein du Conseil Départemental des Hautes-Alpes. 256 millions d’euros au total pour 2022, « ambitions, compétences » a avancé la majorité. En quelques chiffres, 31,8 millions d’euros abonderont aux mobilités, dont 15 millions rien que pour la sécurisation des routes départementales. 10,2 millions d’euros iront à la rénovation de trois collèges, Serres, Gap et Laragne-Montéglin. Une enveloppe de 17 millions a été votée pour la solidarité avec les territoires, c’est-à-dire soutenir les projets portés par les collectivités. Les moyens alloués aux pompiers sont aussi en hausse de 2 %.

 

Le groupe de « propositions » ne veut pas signer un chèque en blanc

Ce budget n’aura pas suscité de débat, le groupe qui n’est pas dans la majorité n’était pas une « opposition », mais une force de « proposition » comme l’a martelé Valérie Rossi. Cependant, la conseillère départementale ne veut pas signer un chèque en blanc. La vigilance est de mise et certaines demandes ont été faites, « elles demandent une prise en compte réelle notamment sur l’étude d’une dotation en faveur d’un plan façade toiture en direction des particuliers. La revalorisation de l’enveloppe cantonale d’investissements consolidée à hauteur de celle de 2021 et l’augmentation du taux horaire pour les personnes des services d’aide à domicile ».

 

« Donner les outils à la jeunesse pour qu’elle vive et se forme dans les Hautes-Alpes, » R. Roux

 

Quant à Rémi Roux, sa prise de parole aura été déclinée auprès de la jeunesse, « nous sommes à la croisée des chemins ». Face au constat d’un vieillissement de la population et d’un solde naturel négatif qui n’est plus compensé par des installations sur le territoire, il appelle à accélérer l’action envers la jeunesse. « Pour qu’on lui donne les outils pour qu’elle vive et se forme dans les Hautes-Alpes ».

 

C. Cava Michard