Hautes-Alpes : Néa, Roger Didier demande des explications au constructeur

Hautes-Alpes : Néa, Roger Didier demande des explications au constructeur

TRANSPORT / Une rencontre doit avoir lieu ce lundi entre le maire de Gap et Navya, le « papa » de cette navette électrique et autonome tombée en panne deux jours à peine après sa mise en service

 

- Hautes-Alpes - 

 

Elle n’aura pas fonctionné longtemps sur Gap : la navette Néa, une navette électrique et sans conducteur, avait pris du service le 20 septembre dernier sur la contre-allée entre Porte-Colombe et le stade nautique. Sa mission était de désengorger cet axe en transportant gratuitement les riverains et les utilisateurs du parking relais. Sauf qu’un ou deux jours après avoir conduit ses premiers usagers, la navette est tombée en panne.

 

Un parcours trop complexe techniquement ?

Si l’opposition municipale avait dénoncé un gaspillage d’argent public, le maire de Gap demande des comptes au constructeur français, Navya. Il doit d’ailleurs le rencontrer ce lundi. « Le parcours que nous lui faisons emprunter aujourd’hui est techniquement très difficile », constate Roger Didier. En effet, la navette croisait une 20aine d’intersections et trois feux tricolores. Cette réunion doit permettre de trouver une solution, « si ce n’est pas le cas, elle aura un rôle peut être dans d’autres lieux ».

 

272.500 euros ont été investis pour acquérir cette navette, 40.000 euros ont été nécessaires pour l’adapter au parcours. Des fonds financés entièrement par l’Union Européenne dans le cadre du programme Music. Quant au fonctionnement, 48.000 euros par an, il devait être pris en charge par l’agglomération.

 

C. Lourenço