Hautes-Alpes : une issue à la crise qui secoue le CHICAS ?

Hautes-Alpes : une issue à la crise qui secoue le CHICAS ?

SANTÉ / Au printemps dernier, des dizaines de médecins et soignants s’étaient mis en arrêt maladie ou avaient posé leurs démissions face au climat « délétère » au sein du centre hospitalier

 

- Hautes-Alpes -

 

La crise qui secoue le CHICAS depuis plusieurs mois va peut-être trouver une issue. Selon une information de nos confrères de BFM DICI, confirmée par une source proche du dossier, un détachement d’office dans un centre hospitalier de la Région PACA, « compte tenu des difficultés rencontrées lors de la précédente réintégration » est envisagée par le CNG concernant le Docteur Raouf Hammami. Pour rappel, ce dernier avait obtenu le titre de lanceur d’alerte par la Défenseure des Droits dans l’affaire de la cimentoplastie discale, Après deux ans de suspension, Raouf Hammami avait réintégré ses fonctions au sein de l’hôpital de Gap en mars. Dans la foulée, des dizaines de médecins et soignants s’étaient mis en arrêt maladie ou avaient posé leurs démissions. Un collectif, « Pour l’Avenir du CHICAS » avait d’ailleurs vu le jour. Des manifestations avaient aussi été organisées devant l’hôpital au printemps. Plusieurs membres du personnel soignant expliquaient alors ne pas pouvoir travailler sereinement avec ce praticien dans l’établissement. Un chirurgien qui avait déjà été pointé du doigt en 2019 dans un rapport de l’ARS, comme faisant exister un climat délétère et de pression. Une suspension de cinq mois avait été décidé en avril dernier. Avec ce nouveau rebondissement, le médecin pourrait donc être muté. Quant au docteur Gilles Norotte, son confrère qui a pratiqué la cimentoplastie discale, il devrait être muté pour « faute ».

Contactée par notre rédaction, la direction du CHICAS ne souhaite pas commenter ces décisions.

 

 

A. Vallauri