Hautes-Alpes : le contrat État-ONF de la discorde

Hautes-Alpes : le contrat État-ONF de la discorde

POLITIQUE / Ce contrat prévoit une réduction de 475 emplois en 5 ans ainsi qu’une contribution supplémentaire des communes forestières au budget de l’ONF à partir de 2023

 

- Hautes-Alpes -

 

Le contrat État-ONF de la discorde. Vendredi dernier, le conseil d’administration de l’Office National des Forêts a adopté ce texte pour la période 2021-2025. Un texte qui a créé beaucoup de mécontentement après un vote qui s’est soldé par 15 « pour » et 15 « contre », ne basculant que par la voix prépondérante du président de l’ONF.  

 

« On ne peut pas accepter de payer plus pour un service moindre », Patricia Morhet-Richaud

 

Malgré une rallonge budgétaire de 60 millions d’euros sur trois ans consentis par l’État, ce contrat prévoit une réduction de 475 emplois en 5 ans ainsi qu’une contribution supplémentaire des communes forestières au budget de l’ONF à partir de 2023. « Inacceptable » pour Patricia Morhet-Richaud, présidente des communes forestières des Hautes-Alpes qui dénonce cette augmentation de 2 euros à 5-6 euros l’hectare, soit 27,5 millions d’euros en plus.

Les Communes forestières des Hautes-Alpes ne se contentent pas de dénoncer « ce désengagement de l’État pour sa politique forestière nationale » et des mesures de rétorsion ont d’ores et déjà été prises. En effet, des motions ont été adressées au Premier ministre et au Ministre de l’Agriculture en parallèle de la suspension des comités de ventes et des travaux non-urgents jusqu’à la fin de l’année.

 

C.Lourenço