Hautes-Alpes : les colos veulent revenir sur le devant de la scène

Hautes-Alpes : les colos veulent revenir sur le devant de la scène

LOISIRS / C’est dans cette logique qu’une campagne départementale de promotion des séjours de vacances appelée « et si cet été, vos enfants partaient en colo ? » a été mise en place par de nombreux organismes publics et associatifs

 

- Hautes-Alpes -

 

Les colos veulent revenir sur le devant de la scène. Depuis de nombreuses années, les Hautes-Alpes sont une terre d’accueil incontournable pour les enfants dans le cadre des colonies de vacances mais il est temps aujourd’hui d’inverser un peu les rôles en poussant la jeunesse haut-alpine à tenter l’expérience. C’est dans cette logique qu’une campagne départementale de promotion des séjours de vacances appelée « et si cet été, vos enfants partaient en colo ? » a été mise en place par de nombreux organismes publics et associations locales.

 

Des « colos apprenantes » pour un été studieux mais enrichissant

Redorer le blason des colonies de vacances, tel est l’objectif de cette nouvelle campagne qui profite cette année du renouvellement pour une seconde année du dispositif « colos apprenantes ». Portée par le Ministère de la Jeunesse et des Sports, cette initiative est un nouvel outil d’apprentissage pour les enfants de 3 à 17 ans autour de la culture, du sport et du développement durable. Labellisé par l’État, les organisateurs de colonies de vacances devront donc se soumettre à un certain cahier des charges mais cela ouvrira surtout de nouvelles aides financières aux familles éligibles. Jusqu’à 500 euros par semaine même si certains critères doivent être respectés rappelle Sylvain Mougel, inspecteur Jeunesse et Sport à la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations des Hautes-Alpes.

 

« Les familles doivent répondre à des critères territoriaux comme les enfants provenant de zones isolées rurales ou de quartiers prioritaires. Ils peuvent également être déscolarisés, issus de familles monoparentales ou fortement impactés par la crise sanitaire », Sylvain Mougel

 

Cette nouvelle aide de l’État vient ainsi s’ajouter à toutes celles qui existent déjà par le biais de la CAF, le Département, les CSE ou la MSA. Des aides de droit commun que beaucoup de personnes ignorent mais que la Jeunesse au Plein Air 05 est prête à faire découvrir et accompagner pour en bénéficier. Outre ce travail d’information, l’association gapençaise par le biais de sa présidente Marie Sette essaye surtout de redonner le goût des colonies de vacances aux familles en distribuant notamment 15.000 flyers à tous les enfants scolarisés des Hautes-Alpes du CP à la 3ème.

 

« Partir en colo, c’est le vivre ensemble », Marie Sette

 

Le prix des colonies de vacances restant le principal frein des parents pour inscrire leurs enfants, la JPA 05 reconduit son dispositif de soutien financier sous forme de bourses vacances. Il concerne tous les mineurs haut-alpins dont le quotient familial est inférieur à 1.200 euros et qui participe à un séjour d’au moins quatre nuitées consécutives, déclaré au Service Départemental de la Jeunesse, de l’Engagement et du Sport. Notez finalement qu’un coup de pouce supplémentaire est également attribué pour les premiers départs.

Pour être totalement complet sur les cinq dispositifs qui permettent aux enfants de bénéficier d’un accompagnement financier, la JPA 05 a mis en place un partenariat avec l’Agence Nationale pour les Chèques Vacances pour venir spécifiquement en aide aux enfants en situation d’handicap et aux adolescents de 13 à 17 ans.

Le reportage de Christophe Lourenço :

C.Lourenço