Hautes-Alpes : la sève de bouleau se récolte au cœur du Champsaur

Hautes-Alpes : la sève de bouleau se récolte au cœur du Champsaur

AGRICULTURE / Un nectar recherché notamment pour ses qualités détox

 

- Hautes-Alpes -

 

La récolte de la sève de bouleau touche à sa fin sur les Hautes-Alpes. Elle attaque dès que le printemps pointe le bout de son nez. Il faut en général aller vite, car en quelques semaines il n’est plus possible de recueillir cette sève, dont les adeptes de détox sont friands.

 

Une récolte au cœur du Champsaur

Au cœur de la forêt, Bernard Reynier, producteur de sève de bouleau à Pont du Fossé et son équipe s’activent. Aujourd’hui ils se sont rendus sur un pan de montagne appelé aussi « la petite Sibérie ». Un endroit qui porte bien son nom alors qu’en cette mi-avril, l’hiver a du mal à céder sa place au printemps. C’est sous de gros flocons que la récolte du jour attaque au petit matin. À perte de vue des bouleaux. Seul le bruit des pas dans la neige vient troubler la quiétude des lieux car tout se fait à la main. Il faut aller à chaque arbre pour récupérer la sève puis la transférer dans des contenants plus gros. Un travail physique mais qu’Alice Renaud, salariée, apprécie, « on est dehors, en forêt. C’est un cadre qui est agréable ». L’entreprise Gayral Reynier exploite une dizaine de sites en fonction des années. Tous sont naturels rappelle Bernard Reynier, « ce ne sont pas de bouleaux qui ont été plantés. Dans cette vallée du Champsaur, qui est une ancienne vallée glacière, on a le Drac qui s’écoule qui a créé des zones humides. Le bouleau étant un colonisateur, il s’est développé puisque l’eau se trouve à deux-trois mètres sous le sol ».

Depuis le 12èmessiècle, la sève est utilisée de façon thérapeutique

Ce nectar naturel aurait en effet de nombreuses vertus, « il y a pleins de minéraux, ça permet d’éliminer les toxines au niveau du foie et des reins. Les cures se font au printemps » explique Bernard Reynier. La sève n’est pas transformée, seule une filtration est effectuée. Puis elle est conditionnée directement dans les locaux de l’entreprise à Pont du Fossé. Entre 50.000 et 70.000 litres de sève devraient être récoltées cette saison.

Les produits de l’entreprise Gayral Reynier, labellisés Esprit Parc National, sont distribués sur tout le réseau national notamment dans les magasins bio, mais aussi en Suisse ou encore en Belgique. Vous pouvez bien sûr les retrouver au magasin de Pont du Fossé.


Le reportage d'Aurore Vallauri :

A. Vallauri