Hautes-Alpes : CESAI, « aucune des propositions d’enquête sociale n’avait été acceptée par les occupants du bâtiment »

Hautes-Alpes : CESAI, « aucune des propositions d’enquête sociale n’avait été acceptée par les occupants du bâtiment »
Photo archives © Alpes 1

JUSTICE / Ce centre autogéré qui accueillait des migrants depuis octobre 2018 a été évacué ce mercredi, suite à une décision de justice.

 

- Hautes-Alpes - 

 

Centre CESAI à Gap : sur les 52 personnes évacuées ce mercredi, 21 sont actuellement prises en charge en hébergement d’urgence. Parmi elles, quatre familles avec enfants et une personne malade. Des chiffres avancés par la préfecture des Hautes-Alpes, « sept autres disposaient d’une adresse pérenne, sept n’ont pas souhaité de prise en charge, pour certaines déclarant être hébergées par un tiers ». 11 demandeurs d’asile en situation régulière se sont également vus proposer un hébergement d’urgence. « Au vu des vulnérabilités, des situations administratives et sociales des occupants du squat, nous avons pu, dans la limite des capacités de l’hébergement d’urgence dans le département, mettre à l’abri de nombreux occupants du squat sans solution d’hébergement », explique Agnès Chavanon, secrétaire générale de la préfecture.

Une délégation d’associations a été reçue mercredi afin d’expliquer la situation. Si les occupants ont pu rencontrer des agents des services de l’État pour une prise en charge sociale et une analyse individuelle de leur situation administrative, la préfecture précise que, depuis octobre 2018, « aucune des propositions d’enquête sociale formulée par nos services n’avait été acceptée par les occupants du bâtiment ».  17 personnes évacuées ont accepté d’être testées au COVID 19, tous les résultats sont revenus négatifs.

 

C. Cava Michard