Don du sang. Les députés suppriment toute discrimination des homosexuels

Don du sang. Les députés suppriment toute discrimination des homosexuels

Le délai d’abstinence d’un an que devaient respecter les homosexuels pour pouvoir donner leur sang en France avait été réduit à 4 mois depuis le 2 avril dernier. C’est la fin aujourd’hui de cette absurdité.

Mercredi, les députés ont supprimé tout délai d’abstinence en votant un amendement transpartisan du député de l’Ardèche Hervé Saulignac cosigné par Joël Giraud dans le cadre de la commission spéciale examinant en deuxième lecture le projet de loi de bioéthique qui ouvre notamment la PMA (procréation médicalement assistée) à toutes les femmes, rétablissant ainsi leur version du projet de loi qui avait été modifié par le Sénat.

Le député des Hautes-Alpes salue cette avancée qui met fin à une discrimination en inscrivant dans le marbre de la loi que « les critères de sélection du donneur ne peuvent être fondés sur le sexe du ou des partenaires avec lesquels il aurait entretenu des relations sexuelles », alors que les stocks de sang sont au plus bas depuis le déconfinement. « Une discrimination qui était infondée puisque les données de la surveillance épidémiologique des donneurs et de l’étude de Santé publique France de 2018 révèlent que l’ouverture du don de sang en juillet 2016 aux hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes n’augmente pas le risque de transmission du VIH par transfusion. » explique Joël Giraud.

 

TM