Elections Municipales : La Guisane ou la « Strange Valley » …suite.

Elections Municipales : La Guisane ou la « Strange Valley » …suite.

Le 15 mars, un jour avant le fameux confinement, 416 électeurs ont voté à Puy Saint Pierre, 416 ! Soit 84 % de participation. Sûrement un record national alors que l'abstention atteignait, à juste tire, des records par le bas...

Puy Saint Pierre...Village perché au dessus de Briançon, comme une banlieue regardant de haut sa ville de référence. Le village se déplie sur la montagne, en bas, au milieu et en tout en haut.  546 habitants, mais surtout 506 inscrits sur les listes électorales, puisque c'est bien évidemment de l'élection municipale dont il va s'agir. Le 15 mars, un jour avant le fameux confinement, 416 électeurs ont voté à Puy Saint Pierre, 416 ! Soit 84 % de participation. Sûrement un record national alors que l'abstention atteignait, à juste tire, des records par le bas... On pourrait penser que ce score est habituel dans ce village, une sorte d'exemple de civisme pour toute une nation. Et bien non ! En 2014, la participation atteignait péniblement les 67 %, juste dans la banale moyenne. Que s'est il donc passé dans ce drôle de village pour que les chiffres explosent alors qu'ils auraient du descendre comme partout sous les 50 % ?

Avant de trouver une éventuelle réponse, voyons de près les chiffres des résultats du 15 mars. Puy Saint Pierre étant une commune de moins de mille habitants, le premier tour est donc fait au "panachage". En presque clair, vous biffez ceux qui ne vous plaisent pas, ceux qui vous ont refuser une priorité à droite, celui qui a coupé un arbre qui était sur le terrain de votre cousin, celui qui pompe trop d'eau dans le canal d'arrosage, ou celui dont, tout simplement, la tête ne vous revient pas. Les candidats, à ce moment de l'élection, vous recommandent de voter "liste entière" pour que tout aille plus vite... pour eux.  Mais, manifestement, à Puy Saint Pierre, la recommandation a été "zappée", comme diraient les plus jeunes électeurs du village. Jugez plutôt : 15 sièges à pourvoir, deux listes donc 30 candidats et 416 bulletins exprimés. Un dépouillement qui a duré jusqu'à cinq heures du matin, et où les noms d'oiseaux ont dû pleuvoir, et même sûrement plus que ça. Pour être élus au premier tour, il fallait donc récolter au minimum 208 plus une voix, soit vous l'aurez compris 209 voix.  Ce qu'ont fait deux candidats, avec ... 210 voix. Puis nous avons 9 candidats à 50% pile, donc à 208 voix. Les 19 restant oscillant entre 200 et 207 voix ... un double plébiscite ! Une moitié du village a voté contre l'autre moitié !

Un mot sur les têtes de liste. Le maire sortant, enfin, cela fait cinq mandats qu'il est sortant, donc une personnalité dans le village, Jean Marius Barnéoud, une sorte de chef du village gaulois bien en place. Le challenger, Vincent Faubert, qui propose une alternative jeune et innovatrice. Mais revenons sur la participation exceptionnelle, on serait tenté de penser qu'elle profite aux deux camps, seuls les candidats qui ont eu accès aux listes électorales le savent, ce qui est sûr c'est que c'était l'ouverture de la pêche...aux voix. Le candidat Faubert a déposé un recours en annulation de l'élection pour de nombreuses irrégularités sur les procurations et le dépouillement en particulier, demandant 15000 € d'amende et 1 an de prison pour le maire sortant, rien que ça ! De quoi préparer un deuxième tour plus que tendu (peut-être faudrait-il faire monter un car de CRS là haut dans la montagne pour éviter les échauffourées !)  Cette fois ci, pour être élu, c'est simple, une voix d'écart et c'est gagné ou perdu, et si on arrive à égalité, c'est le plus âgé qui sera élu ! Il reste 13 sièges à pouvoir, il en faut donc, pour obtenir la fameuse "majorité relative", au moins 6 pour le clan Barneoud pour faire 8, ou 8 pour le clan Faubert.

Une jolie soirée d'été s'annonce le 28 juin sur les dessus de Briançon, une vallée décidément étrange...

 

PS