Agriculture : Les éleveurs de montagne à l’écoute de leurs prairies et du changement climatique

Agriculture : Les éleveurs de montagne à l’écoute de leurs prairies et du changement climatique

Mercredi dernier, la Chambre d’Agriculture des Hautes Alpes et le Parc naturel régional du Queyras ont organisé, à Risoul, une formation sur les prairies permanentes de montagne à destination des éleveurs.

Ces prairies ont un rôle important pour les exploitations agricoles de montagne, puisqu’elles permettent de nourrir les animaux par le pâturage, et de faire des stocks de foins pour l’hiver. La diversité de la flore participe à la qualité du lait et de la viande, un point primordial pour les deux projets en cours de reconnaissances AOP/IGP du département : le Bleu du Queyras et la Tomme du Champsaur. Elles sont également la carte de visite de nos montagnes.

Grégory Loucougaray, chercheur de l’INRAE, a apporté des notions de botanique aux éleveurs bovins et caprins présents. La question du changement climatique a été abordée. Ce dernier touche particulièrement notre territoire alpin depuis une quarantaine d’année avec une augmentation de la température moyenne et une modification de la répartition des pluies sur l’année. Les prairies permanentes sont très sensibles à ces changements, mais maintenir une diversité de flore permet de les rendre plus résilientes. Ces prairies permettent également de stocker du carbone dans les sols. Elles font de l’élevage de montagne, contrairement aux idées reçues, une activité à bilan carbone négatif qui atténue le changement climatique.

 

TM