Municipales : les masques de la discorde à l’Argentière-La-Bessée.

Municipales : les masques de la discorde à l’Argentière-La-Bessée.

La campagne du second tour des élections municipales est lancée.

Le 1er tour des municipales sur l’Argentière avait débouché le 15 mars dernier sur un score très serré, 3 listes se tenant dans un mouchoir : « Demain vous appartient » de Marie-Noëlle Disdier 34.6%, « Une équipe d’avenir pour l’Argentière-La-Bessée » de Patrick Vigne 34.16% et « Unis pour l’Argentière-La-Bessée » d’Alice Prud’homme 31.3%.

Une première attaque avait été déclenchée après ce premier tour par, entre autres, des colistiers de Marie-Noelle Disdier qui avaient déposé un recours au tribunal administratif pour « non-respect de plusieurs règles du code électoral ».

La secondes lame est intervenue vendredi dernier avec un communiqué de 10 conseillers municipaux de la majorité et de l’opposition de la commune sur l'ensemble des 19 élus, qui dénoncent « les agissements peu éthiques de Monsieur le maire Patrick Vigne », pointant du doigt un achat de 5000 masques destinés à la population pour un montant de 10 000 Euros TTC commandés par la Municipalité.

Pour la petite histoire, le 29 avril dernier, les élus de la Commission Sociale se sont réunis pour acter le mode de distribution de masques aux Argentiérois. « A aucun moment les membres de la commission ont choisi le prestataire sur la base de devis comparatifs avec les différents masques possibles. Seul un masque leur a été présenté par Monsieur Patrick Vigne ne leur précisant pas qu’il avait été fourni par les Editions du Fournel qui est l'entreprise de sa propre famille. Les élus de la commission sociale ont fait remarquer que ce prototype ne semblait pas être de qualité et adapté au besoin, en réponse Monsieur le Maire a indiqué que le masque final serait de meilleure qualité. » explique le communiqué. 

Les Editions du Fournel sont en effet gérées par Florian Vigne, fils de Patrick Vigne, qui réfute, selon nos confrères du Dauphiné Libéré, toute collusion avec la municipalité.

« Cet épisode est, pour nous, celui de trop ! Depuis le début du confinement nous avons demandé à plusieurs reprises par mail des visioconférences avec l'ensemble des membres du conseil municipal afin de pouvoir échanger et décider ensemble pour le seul intérêt de la collectivité et de nos concitoyens. Mais en vain... Le conseil municipal ne s’est toujours pas réuni depuis le 28 février. Cette façon de gérer la commune de manière individualiste ne date pas du confinement mais elle prend aujourd'hui des proportions qui dépassent l'entendement. » terminent les signataires.

Le maire, ciblé par ces attaques, répondra prochainement par le biais de son avocat.

 

Les conseillers municipaux signataires : Marie-Pierre Bocchiardo, Claire Christian, Roland Davin, Marie-Noëlle Disdier, Laetitia Fagiolino, Umüs Kars, Alice Prudhomme, Jean-Pierre Rippert, Carole Robert, Rémi Roux.

 

TM