Covid 19 – Rappel des mesures du déconfinement progressif sur nos départements

Covid 19 – Rappel des mesures du déconfinement progressif sur nos départements

Face à la forte progression du Covid-19 au sein de la population, le gouvernement a décidé d’appliquer un confinement strict depuis le 17 mars. Selon l’Institut Pasteur, cela a permis de diminuer la contagion : une personne contaminait plus de 3 individus auparavant et 0,5 personnes lors confinement.

L’objectif est de ne pas dépasser un taux de contagion de 1 avec le déconfinement progressif, pour ne pas provoquer une seconde vague épidémique qui remettrait en tension le système de santé.

Pour ce faire, les déplacements seront limités au département, ou à 100 kilomètres maximum du domicile à vol d’oiseau si on franchit le département. C’est le cas par exemple d’une personne qui résiderait dans une commune limitrophe d’un département voisin. Au-delà des 100 km, il faudra pouvoir justifier d’un motif impérieux, professionnel ou familial pour pouvoir déroger à cette interdiction.

 

 

De fait, les transports interrégionaux seront limités et à réservation obligatoire, comme les transports longue distance (TGV, avions).

Les parcs et jardins pourront être ouverts, sauf décision contraire des maires.

En revanche, les plages, lacs et plans d’eaux resteront fermés au moins jusqu’au 2 juin, à moins le que le préfet autorise l’ouverture sur demande des maires. Il s’agit de ne pas inciter aux regroupements excessifs.

D’ailleurs, chaque regroupement de personnes à domicile, sur la voie publique, dans des lieux de rassemblements ne devra pas excéder 10 individus et ces-derniers devront respecter les mesures barrières.

Pour limiter les regroupements, seuls les médiathèques, bibliothèques et petits musées et monuments pourront rouvrir le 11 mai car ces établissements peuvent plus facilement gérer les flux et la distanciation physique contrairement aux cinémas, piscines, grands musées, salles de spectacles, salles des fêtes et polyvalentes.

Les lieux de culte rouvriront également, mais seules les cérémonies funéraires pourront se tenir (20 personnes maximum).

Concernant les pratiques sportives, tous les lieux fermés (gymnase, salles d’escalades, salles de fitness, etc.) ne pourront ouvrir. Les activités se déroulant en extérieur pourront se faire, en respectant une distanciation physique plus importante liée aux risques de projection de sueur et postillons.

Les commerces pourront tous rouvrir, à l’exception des restaurants et débits de boissons. Le port du masque est recommandé dans ces établissements, qui pourront d’ailleurs l’imposer.

Dès le 11 mai, les marchés alimentaires ou non pourront désormais rouvrir sur l’ensemble du territoire. Cependant, il reviendra à l’autorité préfectorale, avec les concours des forces de l’ordre, de s’assurer du respect des règles sanitaires qui ont permis à déroger à l’interdiction durant le confinement : sens de circulation, gestion des flux, distanciation physique, etc.

Le gouvernement a travaillé, depuis le 17 mars, à maintenir une activité économique sur notre territoire. Celle-ci doit se renforcer dès le 11 mai, même si le télétravail doit être privilégié dès lors que cela n’impacte pas les activités de l’entreprise. Le ministère du Travail a mis en ligne, sur son site, de nombreux guides pratiques pour l’ensemble des filières professionnelles.

Ce 11 mai est également marqué par la réouverture des crèches et écoles pour les élèves de maternelle et de primaire. Pour autant, cette rentrée peut être décalée, annulée ou adaptée (par roulement d’élèves). Chaque école a dû prendre contact avec l’ensemble des familles.

Protéger, tester et isoler

Ce déconfinement progressif sera réussi si le civisme de chacun permet un respect strict des mesures barrières : lavages des mains régulier, absence de contacts physique, distanciation physique et port éventuel d’un masque.

Les entreprises, les collectivités et l’État ont travaillé à accroître la production et l’importation de masques chirurgicaux et grand public. La solidarité collective a également permis la confection de milliers de masques faits maison à travers le territoire. De nombreux circuits existent aujourd’hui pour s’en procurer. Ils seront obligatoires en certains lieux (transports, commerces, etc.) et seront une protection supplémentaire pour tous ceux qui le souhaitent.

Toutes les personnes symptomatiques devront désormais contacter leur médecin traitant, ou à défaut le centre 15. Seul un professionnel de santé pourra prescrire un test. Désormais, le département des Hautes-Alpes est en capacité d’analyser plus de 200 tests par jour grâce au Laboratoire départemental et au partenariat avec l’Agence régional de santé et le Centre hospitalier intercommunal des Alpes du Sud.

Les personnes positives pourront être confinées à domicile ou isoler dans un hébergement sur le département. Une brigade sanitaire effectuera la recherche des cas contacts afin de les inviter à se faire tester.

Par ailleurs, une Cellule d’appui à l’isolement a été mise en place dans les Hautes-Alpes pour s’assurer de la bonne prise en charge des personnes mises à l’isolement ou au confinement. Elle permet notamment de s’assurer que les personnes ont accès aux besoins de première nécessité.

Un travail concerté

Un Comité local de levée du confinement a été installé dans le département, réunissant les services de l’État, les collectivités et associations d’élus et les représentants du monde économique afin que l’ensemble des enjeux soit bien pris en compte et que les mesures puissent être concertées si nécessaire.

 

T.Masselis