Crise sanitaire : Bilan de l’ensemble des actions menées par les forces de l’ordre dans les Hautes Alpes.

Crise sanitaire : Bilan de l’ensemble des actions menées par les forces de l’ordre dans les Hautes Alpes.

Police, Gendarmerie et préfecture sur la même ligne : il n’y a pas d’acharnement de contrôle, uniquement l’application des mesures du confinement.

La presse était conviée une nouvelle fois par Martine Clavel, préfète des Hautes-Alpes, pour faire le point, lors d’une audioconférence, sur les différentes actions menées par les hommes du commissaire Joel-Patrick Terry, directeur départemental de la sécurité publique, et ceux du colonel Damien Demetz, commandant du groupement de gendarmerie départementale.

En préambule, Martine Clavel a rappelé une nouvelle fois l’importance du confinement. « On sent une sorte de relâchement généralisé », a souligné la préfète, « il faut rabâcher, rappeler que le confinement c’est la règle, et ce jusqu’au 11 mai ! ».

Le colonel Demetz a pour lui pointé les différentes mesures mises en place depuis le début de cette période de crise sanitaire par la gendarmerie, allant des cellules de prévention de cybermenaces pour la sécurisation des sites internet professionnels ou pour la détection de ventes frauduleuses de masques et de produits désinfectants, en passant par l’opération « Tranquillité Entreprise » avec des patrouilles de contrôle sur tout le secteur des Hautes-Alpes pour prévenir des cambriolages, sans oublier un contact téléphonique permanent avec les personnes âgées isolées ou encore la surveillance en montagne pour les refuges dont certains gardiens ont fait le choix de se confiner en vallée.

Le commandant Demetz a terminé son exposé en soulignant l’importance, encore plus aujourd’hui, de la relation entre gendarmes et élus locaux.

S’en est suivi le sujet sensible, celui des contrôles en montagne effectués par hélicoptère. Explication.

Quant au ressenti de certains haut-alpins qui trouvent les contrôles excessifs sur nos territoires par rapport à ce qu’ils peuvent voir dans les grandes agglomérations où le confinement leur apparait aléatoire, le commissaire Joël-Patrick Terry a tenu à couper court aux rumeurs d’acharnement.