Hautes Alpes : les associations environnementales disent non à l’éradication des renards roux

Hautes Alpes : les associations environnementales disent non à l’éradication des renards roux

ENVIRONNEMENT / La SAPN et la LPO Paca envisagent des recours au tribunal administratif pour faire suspendre ou abroger ces arrêtés préfectoraux

 

- Hautes Alpes -

 

Sur requêtes de certains présidents de sociétés de chasse et de maires, l’ancienne préfète, Cécile Bigot-Dekeyzer a autorisé par le biais de cinq arrêtés l’organisation de 71 battues administratives aux renards roux. Une décision soutenue par la Fédération de chasse des Hautes-Alpes et l’Office français de la biodiversité qui a été prise afin de favoriser la réimplantation du petit gibier ainsi que la réduction des dégâts sur les poulaillers. Pour Jean-Noël Texier, administrateur à la SAPN et membre de la Commission départementale de la chasse et de la faune sauvage, l’élimination du renard est un sujet d’un autre temps qui est devenu inacceptable.

 

« Une des motivations de ces arrêtés est la réimplantation du petit gibier et là-dessus, je pense que c’est totalement à côté de la plaque », J-N. Texier

En cette période d’élections municipales, la SAPN et la LPO Paca aimeraient fortement que les maires qui ont demandé ces battues sur leur territoire expliquent leurs raisons. Pour aller plus loin, les deux associations de protection de la nature envisagent des recours au tribunal administratif pour faire suspendre ou abroger ces arrêtés préfectoraux.

 

C.Lourenço