Hautes-Alpes : TER, entre J. Giraud et C. Eyméoud, la question du Gap-Briançon reste lettre morte

Hautes-Alpes : TER, entre J. Giraud et C. Eyméoud, la question du Gap-Briançon reste lettre morte

TRANSPORT / Avisé dans un courrier envoyé par Joël Giraud à Chantal Eymeoud, le parlementaire révèle de nombreuses incohérences dans les choix opérés par la Région. Mais reste sans réponse de la part de la vice-présidente.

 

- Hautes-Alpes -

 

Suite aux annonces de la Région PACA de remplacer certains TER sur la ligne Gap-Briançon par des bus, le député (LREM) des Hautes-Alpes Joël Giraud, fait partie de ces élus qui ne décolèrent pas et demandent des comptes à la région. Les explications de Philippe Tabarot, vice-président de la région Provence Alpes cote d’Azur délégué aux Transports sur Alpes 1 n’ayant pas suffit à convaincre le parlementaire haut-alpin, celui-ci a adressé un courrier lundi 4 décembre à la vice-présidente élue sur le département, Chantal Eymeoud.

À lire aussi >>> L'invité d'Au Bout de l'Actu : "la substitution des trains par les bus a donné satisfaction entre Gap et Briançon", P. Tabarot

 

« Le nouveau service a été conçu, à l’évidence, sans tenir compte ni de la fréquentation des trains, ni de leur usage. La desserte ferroviaire redevient encore plus mauvaise que dans les années 1960. » J.Giraud.

 

 

Vers une catastrophe annoncée pour la desserte des Hautes-Alpes ? 

C’est ce que craint le Parlementaire. Et pour étayer ses propos, Joël Giraud, propose deux exemples : « un aller-retour Briançon-Valence a été tracé sans correspondance TGV à Valence, ce qui le rend totalement inutile. Cinq allers-retours domicile travail Gap-Briançon sont supprimés dont un aller-retour qui concentrait près de 300 voyageurs certains jours. » Il demande que tout puisse être mis en œuvre pour « rétablir à minima les liaisons », mais le député reste aujourd’hui sans réponse à son courrier. Un sujet sur lequel les élus des Alpes du Sud restent très discrets, encore à ce jour malgré de nombreuses sollicitations.

 

Un courrier qui fait suite à une autre correspondance, en direction à nouveau du patron de la SNCF

Ce lundi, Joël Giraud à également, adressé un courrier directement à Guillaume Pépy, président de la SNCF. Une nouvelle fois pour relever les dysfonctionnements de la ligne du train de nuit Paris-Briançon, excédé il en inventorie plusieurs :

« Du 11 au 14 décembre pratiquement aucun train n’a circulé pour cause de neige entre Gap et Briançon. S’y sont rajoutées des fermetures de gares empêchant tout croisement de trains faute de personnel. Dimanche soir, les gares de Mont-Dauphin-Guillestre et Embrun étaient fermées, le train de nuit Briançon-Paris a subi une heure de retard au départ, les croisements étant reportés à L’Argentière et Briançon. Résultat par -15°, les voyageurs attendaient congelés, sur les quais, sans information que le train veuille bien passer, plus grave, le cadre d’astreinte a refusé de se déplacer. »

Alors à quelques jours des vacances de Noël, le député invite le président de la SNCF à anticiper :

« J’attends de vous des mesures rapides pour que cessent les dysfonctionnements permanents de cette ligne, sauf à considérer qu’il s’agit d’une volonté d’aboutir à son abandon. »

 

A.Cam