Hautes-Alpes : Briançon décroche le 1er prix des Cantines Rebelles 2017

Hautes-Alpes : Briançon décroche le 1er prix des Cantines Rebelles 2017
Photo, de gauche à droite : Fanny Bovetto, Nathalie Allamanno et Kevin Rio

SANTÉ / Un prix qui vise « à distinguer en France les porteurs de projets qui rendent la restauration collective plus bio, locale, saine et juste. »

 

- Hautes-Alpes -

 

Ce Mercredi 15 novembre 2017, à l’Hôtel de Ville de Paris, Fanny Bovetto, adjointe au maire de Briançon déléguée à l’Éducation, Nathalie Allamanno, responsable de la restauration scolaire et Kevin Rio, chef de la cuisine municipale, se sont vus remettre le 1er prix des Victoires Nationales des Cantines Rebelles.

 

« Ce prix récompense l’excellence de notre projet de restauration qui repose sur une idée très simple : faire aussi bien à la cantine qu’à la maison » Fanny Bovetto.

 

Un événement créé en 2016

Les victoires des cantines rebelles sont organisées par l'association Un plus bio. Créé en 2016, cet événement vise « à distinguer en France les porteurs de projets qui rendent la restauration collective plus bio, locale, saine et juste, en référence au manifeste d'Un Plus Bio publié fin 2015 », explique l'association. Une association qui regroupe aujourd'hui 52 collectivités, représentant 2120 cantines. Pour l'édition 2017, une cinquantaine de dossiers ont été reçus au total. Un jury pour rendre le verdict et des marraines et parrains prestigieux,  comme Julie Andrieu, Emily Loizeau, Thierry Marx, Cyril Dion et Jean-Paul Capitani.

 

« La cantine de Briançon fait figure d’exemple »

Après les deux carottes du label bio Ecocert obtenues il y a quelques mois, la restauration scolaire de Briançon vient de décrocher la pomme, 1er prix des Cantines Rebelles. « Avec cette nouvelle récompense prestigieuse, la cantine de Briançon fait figure d’exemple au niveau national », se réjouit Gérard Fromm.

L’élu qui précise que pour Briançon ce sont « près de 40% de produits bio dans les assiettes, des plats savoureux plébiscités par les enfants, une fréquentation en hausse constante avec 630 repas quotidiens, une réduction drastique des gaspillages alimentaires… Le tout sans hausse tarifaire. »