Hautes-Alpes : pour les communistes, le projet doit primer sur l’homme

Hautes-Alpes : pour les communistes, le projet doit primer sur l’homme

POLITIQUE / Le Conseil national du Parti communiste français appelle à la mobilisation contre la loi travail et souhaite des discussions avec toute la gauche, en vue de son congrès prévu en juin prochain.

 

- Hautes-Alpes -

En attendant le congrès du PCF dans les Hautes-Alpes, dont la date sera connue ces prochains jours, le parti tenait, ce mardi 5 avril, une conférence de presse afin de mettre en lumière ses idées et ses projets d’avenir avant le congrès national qui se tiendra du 2 au 5 juin prochain.

 

« Loi travail, non merci »

Mais Jérôme Emanuel, co-secrétaire départemental du PCF, en est sûr, si la loi Travail a été un point de rupture avec le gouvernement, avec « la régression du droit du travail que cela représente (…) des chances subsistent pour que le gouvernement revienne en arrière, à l’image de la déchéance de nationalité ». Pour autant, la politique gouvernementale portée durant ce quinquennat est aussi l’occasion de reformer une gauche volontaire et à même de former des propositions, et ce quel que soit son courant politique.

 

« Aller à la rencontre de la gauche et des déçus du quinquennat »

« Les discussions sont nécessaires à gauche, nous voulons rencontrer le plus possible les gens, tout particulièrement, les gens de gauche qui sont déçus par la politique menée par le gouvernement et qui désirent une vraie politique de gauche pour demain », affirme Jérôme Emanuel. « Cette discussion doit s’engager avec tout le monde, les militants socialistes, les élus PS mais aussi avec les partis politiques existants qu’ils soient PS ou EELV. »

Pour le PCF, la vraie question est donc de rassembler ces forces et 2017 peut en être l’occasion, au moment où l’affrontement s’opère à gauche et ce jusqu’au cœur du PS.

 

Pas de participation à la primaire de gauche, sauf si…

Pour le représentant communiste, l’essentiel n’est pas là : « ce n’est pas une tradition chez nous, parce qu’on estime que la course au meilleur candidat ce n’est pas ce qui prime, l’essentiel est dans le projet qui sera proposé pour la France (…) comment répondre aux besoins des gens en matière d’emploi, de logement … les vraies questions sont là. »

Mais si le scénario d’une seule candidature de gauche s’inscrit sous la bannière de François Hollande, le parti pourrait alors s’engager dans les primaires. « François Hollande ne pourra être notre candidat (…) cela pourrait être un écologiste, un représentant du Parti de Gauche comme Jean-Luc Mélenchon ou même un socialiste, mais avant de se décider, il faut discuter avec tout le monde (…) les solutions seront communes et il faut que toute la gauche mette ses propositions en commun pour faire une campagne collective. »

Une stratégie qui devra se construire au fur et à mesure jusqu’au congrès de juin et qui pourrait prendre la forme  d’une consultation citoyenne auprès de 500.000 personnes d’ici à la fin de l’été a indiqué le secrétaire national, Pierre Laurent en mars dernier.

 

Retrouvez l'interview de Jérôme Emanuel ici :


Tags :
pcf-05

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios