Haute-Provence : des transports de la DLVAgglo à l’écoute de leurs administrés

Haute-Provence : des transports de la DLVAgglo à l’écoute de leurs administrés

TRANSPORT / Plusieurs évolutions du réseau de la Trans'Agglo depuis le 1er septembre comme une simplification des lignes manosquines, des portes-vélos sur les bus ou la création d'un parking relais à Volx

 

- Alpes de Haute-Provence -

 

Des transports de la DLVAgglo à l’écoute de leurs administrés. En octobre 2021, l’intercommunalité lançait une concertation citoyenne à travers un questionnaire en ligne et trois ateliers citoyens/élus. Une méthode qui semble avoir porté ses fruits car 400 personnes y ont participé et 80% de leurs demandes ont été réalisées dans cette nouvelle offre de transports en commun mise en place depuis le 1er septembre. Parmi les différents desideratas, les lignes qui desservent Manosque ont été considérablement simplifiées : suppression de certains arrêts en doublon, augmentation du nombre de rotations notamment vers les Zones d’Activités ou rétablissement d’une liaison avec les centres commerciaux.

 

« Avec le futur méthanisateur sur la ville de Manosque, on verdirait vraiment l’énergie utilisée par nos bus », Jean-Christophe Petrigny

 

Mais à côté de ce grand centre urbain, la spécificité de ce territoire de 800 km² repose sur cette étendue rurale toute aussi importante où les habitants ont également le droit de se déplacer. Cela sera notamment possible grâce à la création de la ligne 120 qui relie, du lundi au samedi, Oraison à Manosque en passant par La Brillanne, Villeneuve et Volx. Finalement, c’est dans cette dernière commune qu’un nouveau parking-relais a été construit en complément de celui de Prés Combaux dans la Cité Giono. Avec en plus la mise place d’un porte-vélo sur la ligne 131 qui fait office d’expérimentation, ce nouveau réseau prend pleinement conscience de l’enjeu environnemental se félicite Jean-Christophe Petrigny, Président de la DLVAgglo :

 

Le démarrage de la construction de ce biométhaniseur ne devrait plus tarder et la DLVAgglo espère pouvoir bénéficier de ce biogaz d’ici trois ans. Avec une dépense totale de plus de 120.000 euros sur ces nouveaux aménagements et un budget global de six millions d’euros sur la compétence « transports », la communauté d’agglomération verrait donc d’un très bon œil ces économies. Des économies qui pourraient également se faire à moyen-long terme au détriment du portefeuille des administrés en augmentant le prix de l’abonnement des transports.

 

C.Lourenço