Haute-Provence : du coaching pour accompagner vers le travail les bénéficiaires du RSA

Haute-Provence : du coaching pour accompagner vers le travail les bénéficiaires du RSA

SOCIAL / 4.100 personnes sont aujourd'hui bénéficiaires du revenu de solidarité active dans les Alpes de Haute-Provence. « Et pourquoi pas moi ? » est un dispositif lancé par le Département

 

- Alpes de Haute-Provence -

 

Une nouvelle manière d’accompagner les bénéficiaires du RSA dans les Alpes de Haute-Provence. Grâce au financement pour un an à hauteur de 250.000 euros par le Fonds Social Européen dans le cadre de la réponse de l’UE à la pandémie de Covid 19, le Département a fait preuve d’anticipation pour aller chercher ces deniers publics afin de mettre en place ce programme appelé « Et pourquoi pas moi ? ». Avec aujourd’hui 4.100 bénéficiaires du RSA sur le département, 210 d’entre eux qui sont considérés dans une dynamique vers l’emploi, se sont portés volontaires.

 

« On croit que la première des inclusions, c’est le travail », Camille Galtier, maire de Manosque et conseiller départemental délégué à l’insertion par l’emploi

 

Avec le partenariat d’Initiative Alpes Provence, Pôle Emploi et l’équipe de Pro Attitude qui se définit comme un « incubateur de potentiels », ils pourront bénéficier de 42 ateliers journaliers collectifs de coaching et 310 heures de coaching individuel pour définir aussi bien le projet de vie que le projet professionnel. Un dispositif transversal qui réunit l’État, les collectivités locales, le monde associatif et le secteur privé pour le bien d’une population qui en a besoin. Camille Galtier, maire de Manosque et conseiller départemental délégué à l’insertion par l’emploi.

 

Mis en place depuis début mars, ce dispositif a été « un miracle » pour Christelle. Sur le point de trouver un emploi alimentaire avant de lancer son projet de création d’entreprise, cette habitante des Mées se sent désormais prête à relever les défis que la vie lui mettra sur la route. « Cette organisation est tombée au bon moment pour prendre confiance en moi et surtout d’y voir clair. En plus, ça se fait d’une manière extrêmement bienveillante et c’est très efficace », affirme-t-elle.

 

Le Département dans la culture de la réussite

Même si le financement européen de cette initiative ne dure qu’un an, Camille Galtier n’est pas inquiet pour trouver des fonds si cela fonctionne. Si 50% de ces personnes accompagnées retrouvent le chemin de l’emploi, on pourra considérer ce programme comme une réussite qui mérite des moyens pour se pérenniser souligne l'édile.

 

C.Lourenço