Alpes de Haute-Provence : le bleu marine et le rouge triomphent

Alpes de Haute-Provence : le bleu marine et le rouge triomphent
© Thibaud Durand / Alpes 1

POLITIQUE / Emmanuel Macron n'est que la troisième force politique dans le département bas-alpin au sortir de ce premier tour des présidentielles

 

- Alpes de Haute-Provence - 

 

Les élections présidentielles ont donc donné rendez-vous aux Français ce dimanche. 1er tour de ces élections nationales, qui décideront du chef de l’Élysée pour un nouveau quinquennat. Ils étaient 128.000 électeurs dans les Alpes de Haute-Provence à être appelés dans les isoloirs.

 

L'abstention en augmentation

Premier enseignement : l’abstention, de plus en plus forte. Près de 23 % dans les Alpes de Haute-Provence contre 19 % en 2017. Ça reste moindre que sur le plan régional, à hauteur de 26 %.

Second enseignement : le scénario national n’est pas suivi. Dans les Alpes de Haute-Provence, on ne vote pas pareil pour les élections locales que pour les nationales. Preuve en est : régionales, au premier tour, c’est la liste de Renaud Muselier, liste de droite soutenue par les Macronistes, qui est en tête devant celle du Rassemblement National de Thierry Mariani. Départementales : la droite d’Eliane Barreille rafle la mise, devant la liste de gauche de René Massette. Mais pour les présidentielles, aussi bien en 2017 qu’en 2022, on fait table rase : Marine le Pen arrive en tête à 26,90 % des suffrages, devant le rouge de Jean-Luc Mélenchon (22,61 %). Le président candidat ferme le podium à 21,51 %.

 

La dure leçon donnée à la droite et la gauche traditionnels

Alors que la majorité est à droite sur les sièges du Département, Valérie Pécresse réalise là le plus faible score de la droite : 4,48 %.

Si la droite de Les Républicains ne fait plus force, que dire aussi du Parti Socialiste ? S’il avait connu ses heures de gloire en 2012 avec la candidature de François Hollande sortie gagnante du second tour, suivie par une vague rose sur les deux circonscriptions aux législatives, c’est désormais derrière. Anne Hidalgo ne parvient même pas aux 2 %, devant se contenter d’être derrière les communistes et les écologistes. Et même derrière le député des Pyrénées, Jean Lassalle.

Si l’on veut prendre la température pour les prochaines législatives, notamment dans les Alpes de Haute-Provence, alors que la députée sortante, Delphine Bagarry, se présente sous les couleurs d’EELV sur la première circonscription, son candidat Yannick Jadot ne dépasse pas la barre des 4 %. Quant à Christophe Castaner, pour la seconde, on n’est pas dans le même cas de figure. Cependant, son candidat doit se contenter de la troisième place derrière le Rassemblement National et La France Insoumise.

 

Les résultats dans les principales villes bas-alpines

Digne les Bains : la ville préfectorale bas-alpine vote pour la couleur rouge. Jean-Luc Mélenchon arrive en tête à 25,48 % des voix, devant Marine le Pen (23,71 %). Emmanuel Macron n’est que le troisième homme à 21,83 %.


 

Barcelonnette : la capitale de l’Ubaye est entre les mains de la secrétaire départementale de Les Républicains, Sophie Vaginay. Et la candidate Pécresse dépasse les résultats nationaux, même si elle droit se contenter de 9 % des suffrages exprimés. Car Barcelonnette, pour les présidentielles, tombe dans les bras d’Emmanuel Macron avec 28 % des voix devant Marine le Pen et Jean-Luc Mélenchon sur une égalité parfaite : 19,40 % des suffrages exprimés.

 

Castellane : basculement à Castellane. En 2017, c’est le candidat de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, qui sortait gagnant de ce premier tour. Marine le Pen arrivait en seconde position avant Emmanuel Macron. 2022 : on rebat les cartes puisque c’est le Rassemblement National qui sort en tête des suffrages, avec 26,77 % des voix exprimées, contre 20,28 % pour Emmanuel Macron et 19,58 % pour Jean-Luc Mélenchon.


 

Forcalquier : la Cité Comtale fait partie de ces OVNIS politiques. Sous l’autorité pendant des années de Christophe Castaner, ancien socialiste désormais sous le giron de la République en Marche, Forcalquier a élu en 2020 un maire Les Républicains David Gehant. Aux régionales et aux départementales, on vote à droite. Mais depuis la crise sanitaire, la ville est secouée par les mouvements de contestation, à l’image du Café des Libertés. Un mouvement qui se sera peut être fait sentir dans les urnes puisque Jean-Luc Mélenchon arrive en tête de la tête et des épaules avec 33 % des voix, loin devant Emmanuel Macron (21,55 %) et Marine le Pen (19,20 %).

 

Manosque : on ne peut pas dire que le maire de la Cité Giono aura fait campagne pour la candidate de son parti de Les Républicains, Valérie Pécresse. Ce fut plutôt le silence complet. Et elle devra se contenter de 4 % des suffrages. La ville de Camille Galtier a des goûts pour ce premier tour de La République en Marche, avec Emmanuel Macron qui arrive en tête (26 %) devant Marine le Pen (24 %).

Oraison : coup dur pour le référent de La République en Marche dans les Alpes de Haute-Provence, Benoit Gauvan. Sa commune tombe entre les mains du Rassemblement National à plus de 32 %. Le candidat du maire, Emmanuel Macron, doit se contenter de 23 % des suffrages.

Sisteron : c’est bleu marine chez Daniel Spagnou. Et alors que le maire avait soutenu la candidature d’Emmanuel Macron il y a quelques jours, son appel n’aura pas été suivi. Sisteron aura voté pour le Rassemblement National (26,63 %), comme en 2017. Le candidat de LREM est second avec 22 %.

 

C. Cava Michard