Haute-Provence : un Préhistosite pour expérimenter les gestes de nos ancêtres

Haute-Provence : un Préhistosite pour expérimenter les gestes de nos ancêtres

CULTURE / PATRIMOINE / À côté du Musée de Préhistoire de Quinson, cet espace de trois hectares permet une véritable plongée dans le passé

 

- Alpes de Haute-Provence - 

 

Plus de 70.000 visiteurs s’y pressent chaque année. Depuis plus de 20 ans, le Musée de Préhistoire des Gorges du Verdon à Quinson se penche sur les modes de vie des premiers hommes. Mais avant cet espace, un village préhistorique avait été emménagé au début des années 1990. Un lieu qui avait vieilli, qui ne correspondait plus aux besoins du musée et qui était, de plus, installé sur une zone inondable. Il y a quelques années, le projet du Préhistosite a donc germé. Après plus d’un an de travaux, il a été inauguré vendredi dernier, 30 ans après la construction du village préhistorique.

 

 

Trois hectares pour partir à la découverte de nos ancêtres

Un lieu qui se veut comme un complément au Musée de Préhistoire, « dans le Préhistosite, on déambule librement, gratuitement. On s’informe avec les panneaux à disposition » indique Caroline Luzi, responsable de l’unité scientifique et culturelle au Musée de Préhistoire des Gorges du Verdon

 

« On peut y pratiquer les gestes de la préhistoire »

 

Une possibilité proposée aux visiteurs, mais aussi aux écoliers. Chaque année, entre 10.000 et 12.000 scolaires sont accueillis par le Musée. C’est le cas de la classe archéologie du collège de Riez. Elle a testé en avant-première ce Préhistosite en compagnie de Natacha Jovic, enseignante en Lettres Classiques, « cette expérience des mains, c’est quelque chose qui pour eux va rester ».

 

Un Préhistosite pour comprendre le passé tout en étant tourné vers l’avenir

Ce préhistosite représente un investissement de 1.5 million d’euros avec un financement de l’Europe, dans le cadre du programme ALCOTRA PITEM Pace, à hauteur de 852.000 euros. Le Département des Alpes de Haute-Provence qui a aussi mis la main à la poche en investissant plus de 660.000 euros. Pour sa présidente, Eliane Bareille, il doit contribuer à l’attractivité du territoire, « ce site complète l’offre du Musée de la Préhistoire de Quinson. On peut y espérer un développement touristique et économique complémentaire ».

 

Le reportage d'Aurore Vallauri :

A. Vallauri