Alpes de Haute-Provence : une visite aux odeurs de lavande pour Julien Denormandie

Alpes de Haute-Provence : une visite aux odeurs de lavande pour Julien Denormandie

AGRICULTURE / En collaboration avec les parlementaires et la Région, le ministre de l'Agriculture est déterminé à défendre la filière lavande devant l'Union Européenne

 

- Alpes de Haute-Provence -

 

Une visite aux odeurs de lavande pour Julien Denormandie. En déplacement ce vendredi dans les Alpes de Haute-Provence et plus spécifiquement sur le Plateau de Valensole, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation s’est rendu sur une exploitation agricole à Puimoisson ainsi qu’au Centre Régionalisé Interprofessionnel d’Expérimentation en Plantes à Parfum, Aromatique et Médicinales de Manosque. Sans surprise, l’avenir de la lavande et du lavandin était au cœur des échanges avec la filière. Une filière dans le doute depuis l’apparition d’un projet de réglementation européenne qui pourrait considérer la lavande comme un produit dangereux au même titre que les produits chimiques synthétiques en raison de leur impact sur la santé et l’environnement.

 

« Mon message est clair : nous ne lâcherons rien ! », Julien Denormandie

 

Très rapidement, une mobilisation des responsables politiques allant du Président de la Région Provence Alpes Côte d’Azur Renaud Muselier aux parlementaires bas-alpins en passant par le ministre de l’Agriculture s’est formée pour défendre ce patrimoine emblématique de Provence. Un combat que Julien Denormandie est prêt à porter avec détermination à Bruxelles.

 

 

Alors que Julien Denormandie doit présenter ce mardi les conclusions du Varenne agricole de l’eau et de l’adaptation au changement climatique, de nombreux projets d’aménagement hydraulique du Plateau de Valensole en quatre phases de 2023 à 2028 lui ont été présentés. La signature d’une charte d’engagement entre l’État, la Région et la Chambre régionale de l’Agriculture est un premier pas pour leurs réalisations. Notez finalement que le plan France Relance a d’ores et déjà permis de débloquer 2,2 millions d’euros pour étendre le réseau d’irrigation valensolais.

 

C.Lourenço