Alpes de Haute-Provence : l’été, entre retour des étrangers mais désaffection de la main d’œuvre

Alpes de Haute-Provence : l’été, entre retour des étrangers mais désaffection de la main d’œuvre
© Vincent Guesquiere Photographie

TOURISME / C’est encore un bel été qu’ont connu les Alpes de Haute-Provence, avec une fréquentation à la hausse mais un point noir dans ce tableau : la main d’œuvre qui manque aujourd’hui

 

- Alpes de Haute-Provence - 

 

Le cocorico a résonné cet été dans les Alpes de Haute-Provence. La crise sanitaire n’a pas freiné les vacanciers français à vouloir profiter des joyaux du département, et c’est une fréquentation qui s’annonce encore en hausse selon les premières estimations, « la clientèle française était largement présente, notamment de proximité », constate Julien Martellini, directeur de l’Agence de Développement. Les touristes tricolores étaient là, mais pas que puisque les étrangers ont marqué leur grand retour, « notamment les Belges, les Hollandais et les Allemands qui ont soutenu le mois d’août ». Une rentrée donc sous de bons auspices avec une hausse de la fréquentation de 6 % pour juillet et 5 % pour août.

 

Les excursionnistes encore et toujours là

Un phénomène avait marqué l’été 2020 : de plus en plus d’excursionnistes ont fait les belles heures des Alpes de Haute-Provence. Une pratique qui perdure un peu plus encore cette année, « ce sont des clientèles à la journée, qui viennent consommer local. On a enregistré une augmentation de 12 % en juillet », poursuit Julien Martellini.

 

Une main d’œuvre à la peine

Un été qui ne doit pas pour autant tromper la vigilance des acteurs économiques, car il faut faire aujourd’hui avec une nouvelle problématique : le manque de main d’œuvre, « certains professionnels ont déclaré ne pas pouvoir faire plus faute de main d’œuvre. Il faut préparer la suite », poursuit le responsable de l’Agence de Développement qui craint une dégradation de la qualité d’accueil dans le département. Sur le territoire régional, ce sont 7.500 offres qui n’ont pas trouvé preneurs.

Retrouvez l'intégralité de l'entretien de Julien Martellini dans "Le 8:30" ici.