Alpes de Haute-Provence : rencontre entre l’ARS, la préfecture et la CGT santé 04

Alpes de Haute-Provence : rencontre entre l’ARS, la préfecture et la CGT santé 04

SOCIETE / La CGT Santé et action sociale 04 reçue par l’ARS et la préfecture concernant l’application du pass sanitaire

 

- Alpes de Haute-Provence -

 

Ce vendredi en fin de journée, la CGT santé et action sociale 04 a été reçue en préfecture des Alpes-de-Haute-Provence avec l’ARS. La délégation de la CGT souhaitait faire entendre son désaccord face au nouveau texte de loi et obtenir des réponses concernant la mise en place concrète du pass sanitaire sur le territoire. La délégation syndicale a également fait remonter les problématiques du territoire à savoir que beaucoup de salariés du médical ne veulent pas se faire vacciner. « Si un minimum de 150 personnes sur tout le département refuse le vaccin et le pass sanitaire, comment allons-nous fonctionner ? Comment allez-vous faire sans soignants ?" demande Christelle Clara de la CGT santé 04 . « Les soignants sont très remontés. On leur rabâche depuis toujours qu’il n’y a pas de discrimination à l’hôpital, et aujourd’hui, on leur dit qu’il ne faudra soigner que ceux qui ont un pass. Il y a une très grande révolte par rapport à cela », explique Christelle Clara. « Nous sommes submergés d’appels, les personnels soignants iront jusqu’au bout. Ils ne veulent pas de pression pour la vaccination et ils sont prêts à être suspendus. Certains ne sont pas partis en vacances de manière à pouvoir assumer financièrement ces deux mois de suspension ». Christelle Clara et la délégation sont également revenues sur les moyens mis ou à mettre en place pour ce pass sanitaire. « Il va falloir mettre de personnel de sécurité partout. Alors un vigile à l’entrée de l’hôpital de Manosque ou de Digne oui, mais les petits EHPAD qui va le faire ? ».

 

«En 2020, le personnel soignant été applaudit en héros, présent même cas Covid asymptomatique et ça ne dérangeait personne du risque de contaminer les autres membres du personnel ou les patients. Et en 2021, ce sont les licenciements et les suspensions. C’est inacceptable ».

 

« Le département est en Plan Blanc et on se demande pourquoi. Les salariés sont alors assignés, privés de vacances… Les chiffres des manifestations sont minimisés alors que tout le monde est dans la rue. Le manque de personnel soignant touche déjà le privé et va continuer dans le privé comme dans le public. À terme, il va y avoir une pénurie de personnel soignant dans le département, voir même dans la France entière, et on sera très mal », ajoute Christelle Clara.

 

En conclusion, la CGT santé et action sociale 04 est déterminée à résister, à se mobiliser « jusqu’au retrait avec de plus en plus de manifestations ». Ils ressortent de cette entrevue avec l’ARS et la préfecture avec autant de question et de revendication.

 

 

M.Mathieu



En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios