Alpes de Haute-Provence : Jean Castex annonce 8 millions pour le Col de Larche

Alpes de Haute-Provence : Jean Castex annonce 8 millions pour le Col de Larche

POLITIQUE / En visite dans le Val d’Oronaye, le Premier Ministre a signé la participation de l’État au chantier de sécurisation de la RD 900

 

- Alpes de Haute-Provence -

 

Samedi matin, le Premier Ministre Jean Castex a découvert depuis son hélicoptère, la vallée de l’Ubaye et plus spécifiquement la RD 900. Une route qui conduit au col de Larche puis en direction de l’Italie et qui présente des risques importants. Depuis les années 80, les éboulements se répètent notamment sur une portion d’environ 16 km au niveau de la commune du Val d’Oronaye. Lors du dernier éboulement en date de février 2018, cette commune avait d’ailleurs été totalement isolée et des ravitaillements avaient dû être mis en place en partenariat avec l’Italie. Le département des Alpes de Haute-Provence a mené une étude portant sur la sécurisation de cette route et 11 secteurs particulièrement à risque ont ainsi été identifiés. Des problématiques que le Premier Ministre connaît bien, expliquait-il sur place, puisqu’elles sont identiques à celles de son territoire d’origine.

 

8 millions d’euros de l’État

« Lorsque le Premier ministre se déplace, c’est pour annoncer des choses », déclare-t-il en entame de son discours, prononcé en extérieur, à côté de la Mairie du Val d’Oronaye. La RD 900 est une route départementale, mais « à titre exceptionnel, l’État décide d’accompagner les travaux pour mettre un terme à des difficultés récurrentes ». Ainsi, il a signé officiellement la participation de l’État à hauteur de 8 millions d’euros, tout comme celle de la Région. Des participations qui représentent 24% du montant total dont la part principale reste à la charge du Département soit environ 17 millions d’euros. Le budget total de ce chantier titanesque s’élevant à 40 millions d’euros TTC. René Massette, président du Département, s’est dit satisfait de la présence du Premier ministre et de l’issue de cette journée « même si mon rôle est de demander toujours plus » ajoute-t-il.

Grâce à ces participations financières, le département des Alpes de Haute-Provence va pouvoir finaliser les études (entre 2 et 3 ans) puis lancer le chantier qui se déroulera en plusieurs phases. À noter que le budget route total du département est de 25 millions d’euros par an, il faudra échelonner sur de nombreuses années les 17 millions nécessaires pour la RD 900.

Le maire de Val d’Oronaye ainsi que la maire de Barcelonnette, Sophie Vaginay, se sont dits ravis également de cette décision et de la prochaine résolution de ces problématiques routiers dans un secteur d’importance au niveau économique puisque rejoignant l’Italie.

 

La relance à tous les niveaux

Dans son discours, le Premier Ministre Jean Castex a précisé que ce financement rentrait dans le cadre du Plan France Relance, un plan qui « permet à l’État de faire acte de solidarité envers les zones rurales, pour un département qui n’est pas parmi les plus riches de France, pour les habitants, les touristes et la fluidité de l’axe rétabli ». Il a également précisé que la relance était destinée à tout le monde, tous les territoires, « en particulier ceux où les populations en ont besoin et sont en souffrance, urbains comme ruraux ». S’il est favorable au développement du train et des transports en commun, le Premier ministre a rappelé aussi l’importance d’avoir un bon réseau routier en France, pour les 80% d’usagers « qui ne peuvent pas faire autrement » comme dans l’Ubaye, mais aussi pour permettre le développement des véhicules électriques.

Jean Castex a également profité de sa présence dans les Alpes de Haute-Provence pour souligner d’autres enjeux d’importance : « il faudra s’intéresser à la desserte de Digne-les-Bains, ferroviaire et routière, qui en a besoin ». Il a aussi félicité la préfète des Alpes de Haute-Provence pour les 7 entreprises déjà lauréate du plan de financement France Relance et annoncé trois nouvelles lauréates : Sophime à Peyruis (650 000 €), Terre d’Oc (200 000 €) et Provence Electronic (800 000 euros).

 

M.Mathieu