Alpes de Haute-Provence : le groupement de gauche présente ses mesures phares

Alpes de Haute-Provence : le groupement de gauche présente ses mesures phares

POLITIQUE / Un groupement de gauche s’allie pour les élections départementales et présente 101 mesures, mais sans rapprochement avec René Massette

 

- Alpes de Haute-Provence -

 

Les organisations politiques et citoyennes Génération(S), Gauche républicaine et Socialiste, Notre canton citoyen, le Parti Communiste et la France Insoumise s’allient pour participer aux élections départementales dans les Alpes de Haute-Provence. Aujourd’hui, ils souhaitent, à travers leurs 101 propositions, « porter un programme citoyen qui réponde aux urgences des habitants ». Cette gauche assemblée a souhaité commencer par travailler en commun à l’élaboration d’un programme fort avant de proposer les candidats qui seront les plus à même de le représenter.

16 mesures dont une assemblée citoyenne

Parmi ces 101 mesures, ils en retiennent 16 qui leur semblent les plus phares. « On parle d’emploi, de jeunesse, de la transition écologique, de la lutte contre la désertification médicale… », explique Bertrand Perrin, secrétaire départemental du PCF 04.

Le projet phare de leur campagne est la conception d’une assemblée citoyenne afin de donner la parole aux citoyens pendant cette phase de campagne, mais aussi et surtout après les élections. « Toutes les forces sont présentes dans le 04, il y a de l’expertise partout. Cette assemblée citoyenne, c’est aller chercher l’expertise là où elle se trouve », ajoute Léo Walter, porte-parole de La France Insoumise 04. La participation citoyenne, le vrai maitre mot de cette démarche de gauche pour Geoffroy Gonzalez, de Notre Canton Citoyen à Forcalquier.

Ensemble, ils dénigrent la politique du département et la « méthode Massette » qu’ils jugent « opaque » et qui « brime la créativité des gens du service public ». Alors que la lutte dans la rue se poursuit depuis plusieurs mois, avec leurs candidats et ce projet politique, ils veulent « donner une opportunité de débouché politique à ces luttes, inviter le citoyen à participer ».

Faire campagne en temps de Covid s’annonce complexe. Le groupement de gauche pense qu’il faudra innover avec une campagne numérique même si le tractage ou le porte-à-porte seront possibles afin d’être au contact avec la population. Ils espèrent pouvoir organiser une réunion publique au cours du mois de juin et n’hésiterons pas à « occuper le terrain à tous les niveaux ».

 

M. Mathieu