Alpes de Haute-Provence : Manosque part à la recherche de subventions

Alpes de Haute-Provence : Manosque part à la recherche de subventions

POLITIQUE / « Les finances de la ville sont saines » pour Camille Galtier, le maire, lors du conseil municipal de ce jeudi soir. La Cité de GIono veut faire passer la part de subventions de 10 à 20 %

 

- Alpes de Haute-Provence -

 

Le conseil municipal de Manosque, réuni ce jeudi soir. Avec un sujet d'importante sur la table des discussions : le compte de gestion 2020 et les prévisions budgétaires pour 2021.  

 

Des finances saines

En préambule, le maire Camille Galtier annonce que les finances de la ville sont plutôt saines, contrairement aux critiques lancées par son prédécesseur. « En six mois, nous n’avons pas mis la commune dans le rouge », affirme le maire. Après étude de l’ensemble du budget, le résultat fait même état d’un excédent de fonctionnement de plus de 4,8 millions d’euros. Dans le détail, le budget de fonctionnement était un peu au-dessus des prévisions « mais c’est cohérent, compte tenu de la baisse des recettes de stationnement, cantines, centres de l'enfance fermés pendant deux mois, de la non-occupation du domaine public par les restaurants… ».

 

Mettre l’accent sur la subvention

Avec la disparition de la taxe d’habitation, ce ne sont pas moins de 1,5 million d’euros à aller chercher ailleurs. Le maire souhaite améliorer la recherche de subventions dans l’ensemble des services et pour tous les projets à développer. « Aujourd’hui nous sommes entre 800.000 euros et 1,1 million d'euros de subventions chaque année. L'objectif : atteindre 20 millions », soit passer de 10% à 20%. Pour cela, le maire souhaite que chaque service réalise un véritable travail d’optimisation. Il donne l’exemple du stade de rugby. « On le fait maintenant parce qu’avec la Coupe du Monde, nous pouvons obtenir un financement à hauteur de 80% ».

 

De nombreux projets dans les tiroirs

Ce budget permet également de chiffrer les nombreux projets et investissements à venir. La priorité du maire ira aux bâtiments scolaires pour lesquels il y a « un gros effort à faire ». Il espère obtenir d’ailleurs une subvention à hauteur de 3,5 millions d’euros pour la rénovation énergétique afin d’aller plus loin dans la réhabilitation. Second point d’importance : le centre-ville. « Dans les prochains moins des travaux vont commencer dans le centre-ville pour un budget conséquent de 10 millions d’euros », explique Camille Galtier. À cela s’ajouteront un aménagement extérieur pour la nouvelle crèche La Farandole, qui ouvrira ses portes en septembre prochain, la création d’un nouveau stand de tir, la rénovation des aires de jeux ou encore de l’investissement dans la vidéosurveillance.

Pour autant, la dette de la municipalité restera fixée à 22 millions d’euros, comme en 2020 avec un remboursement échelonné sur 5 ans.

 

M.Mathieu