Alpes de Haute-Provence : déploiement des forces sentinelles à Manosque, l’opposition s’interroge

Alpes de Haute-Provence : déploiement des forces sentinelles à Manosque, l’opposition s’interroge

POLITIQUE / Plusieurs élus de l’opposition demandent des explications au maire alors que des militaires ont été déployés devant les écoles primaires et maternelles

 

- Alpes de Haute-Provence -

 

Déploiement des forces sentinelles à Manosque, l’opposition s’interroge. Dans un courrier, plusieurs élus de l’opposition demandent des explications au maire alors que des militaires ont été déployés devant les écoles primaires et maternelles. « Soit la menace vis-à-vis de ces écoles est telle qu’elle nécessite la présence de l’arméesoit il n’en est rien. Cela voudrait dire que vous avez délibérément choisi d’accentuer un climat social déjà bien anxiogène » écrivent Odile Cauvin, Patrick Garnon, Renaud Honde, Emilie Benaïcha-Lauvergeon et Franck Parra.

 

« Non Manosque n’est pas une ville à risques ! Comme Conflans Sainte Honorine », C. Galtier

 

Ce lundi, le maire de Manosque répond, il rappelle que la France est « en plan Vigipirate renforcée » après les attentats que le pays a connu ses dernières semaines. « Non Manosque n’est pas une ville à risques ! Mais Romans Sur Isère, Trèbes ou encore Conflans Sainte Honorine ne l’étaient pas non plus, pourtant elles ont été frappées par des crimes odieux » ajoute Camille Galtier. Il a donc sollicité la préfète pour « bénéficier comme d’autre communes de ce déploiement » explique-t-il. Quant à la question de la menace vis-à-vis des écoles, il ajoute, « les éventuelles informations que vous mentionnez ne sont pas données aux maires et restent dans le champ unique des services compétents de l’État ».

 

LR