L'invité du Supplément : « organisation du grand débat, pas question de nous mettre en première ligne », J.-J. Lachamp

L'invité du Supplément : « organisation du grand débat, pas question de nous mettre en première ligne », J.-J. Lachamp

POLITIQUE / Jean-Jacques Lachamp, président de l’association des maires ruraux de France dans les Alpes de Haute-Provence.

 

- Alpes de Haute-Provence -

Les maires ruraux semblent frileux quant à adopter un rôle dans l’organisation du Grand débat national. Dans sa « Lettre aux Français », Emmanuel Macron pose une trentaine de questions, et sollicite l’avis des citoyens sur de nombreuses thématiques : fiscalité, modèle social, démocratie, institutions, transition écologique et diversité, immigration ou encore laïcité. « Pas de questions interdites », comme il la garantit. Toutefois, il ne reviendra pas sur les réformes votées comme la suppression de l’ISF. « Il y a des idées sur la table, constate Jean-Jacques Lachamp, président de l’association des maires ruraux dans les Alpes de Haute-Provence. Mais selon lui, pas de machine arrière envisagée par le gouvernement. « L’impression que ça laisse planer, c’est que l’on resterait campé sur les conditions de l’élection d’Emmanuel Macron et de sa politique ». Dans le département, près de 50 communes ont mis à disposition des cahiers de doléances. Mais quant à la question d’organiser ce grand débat autour des maires, « pas question de nous mettre en première ligne, bien que nous soyons des facilitateurs entre l’État et la population ».


0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios