L'invité du Supplément : « nous prévoyons des mesures spécifiques pour le pouvoir d’achat des professeurs »

L'invité du Supplément : « nous prévoyons des mesures spécifiques pour le pouvoir d’achat des professeurs »

POLITIQUE / Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale était l'invité du Supplément.

 

- Alpes du Sud -

Le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, était en visite dans les Hautes-Alpes ce jeudi, avant un déplacement aujourd’hui dans la Drôme. Un déplacement hier qui a mis en avant l’impossible dialogue, parfois, avec certains citoyens. Doit-on craindre dans ce contexte un manque de sérénité lors du grand débat national ? « Non », affirme le ministre, « je n’utiliserai pas le mot impossible pour le dialogue. Ce n’est pas représentatif de l’attitude de toute la population, je sors optimiste de ces échanges. Je suis déterminé et serein sur un tel sujet. »

 

Couper les allocations des parents des élèves violents, c’est non pour une majorité de députés des Alpes du Sud

Seule Pascale Boyer, députée (LREM) de la 1er circonscription des Hautes-Alpes, considère que « c’est une piste pour lutter contre La violence à l’école et responsabiliser les familles. » Pour le reste que ce soit Joël Giraud, Emmanuelle Fontaine-Domeizel ou Delphine Bagarry, tous s’opposent à cette proposition.

« Non, mais… », pour Joël Giraud : « j’y suis, à titre personnel, défavorable sauf dans des cas extrêmes, lorsque la défaillance parentale a un caractère volontaire. »

« Si la dernière réponse à la violence se résume à la restriction budgétaire c'est que certaines choses ont été ratées avant. Posons-nous la question du ‘’avant’’ pour trouver des solutions. Ensuite rien ne prouve qu'une telle mesure soit efficace. Lorsque des élèves sont violents cela montre surtout un échec dans l'éducation. Par ailleurs, la violence dans l'école appartient à l'école. Des conseils de discipline sont en place pour cela », avance  Emmanuelle Fontaine-Domeizel.

« Défavorable » également, Delphine Bagarry : « inadapté, injuste et certainement contre productif. Car si les enfants sont en difficulté, il faut sans doute aider les parents. On ne règle pas un problème en en ajoutant un autre. Vieille fausse bonne solution, qui revient régulièrement dans le débat. »

 

« On a besoin d’une convergence famille-école », J-M Blanquer

 

Mais sur ce sujet, le ministre rappelle que pour l’heure, « il n’y a pas de mesures, c’est un rapport qui n’a pas été rendu. Je suis déterminé pour lutter contre la violence à l’école, je veux être efficace. Une commission va rendre son rapport, elle a donné 3 pistes. » Des pistes à retrouvez dans l’interview ci-dessous.

 

Priorité budgétaire : l’école primaire

« Nous créons des postes en école primaire, malgré les baisses d’effectifs. Nous sommes ensemble avec les maires ruraux face à ces défis. Il y a des éléments pour rebondir et cultiver un certain volontarisme », affirme également le ministre.

 

« Le point d’indice n’est pas l’alpha et l’omega du pouvoir d’achat des professeurs, je travaille sur les enjeux d’avancement. »

 

Jean-Michel Blanquer annonce également sur Alpes 1, des « mesures spécifiques pour le pouvoir d’achat des professeurs au travers des heures supplémentaires défiscalisées. Je suis ouvert au dialogue social, il y en a un actuellement. Travailler sur un bien être matériel et immatériel des professeurs. »

 

Retrouvez l’intégralité de l’interview de Jean-Michel Blanquer, avec Alex Cam et Cyrielle Michard, ici :


0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios