L'invité d'Au Bout de l'Actu : "je gère cette maison comme j’ai géré mes entreprises", B. Jeanmet-Peralta

L'invité d'Au Bout de l'Actu : "je gère cette maison comme j’ai géré mes entreprises", B. Jeanmet-Peralta

POLITIQUE / Bernard Jeanmet-Peralta, maire de Manosque et président de la DLVA

 

- Alpes de Haute-Provence - 

 

« Il n’y a pas de grève, il n’y a pas d’augmentation des arrêts maladie » : la réponse de Bernard Jeanmet Peralta, maire de Manosque et président de la DLVA, sur Alpes 1 dans Au Bout de l’Actu. L’élu réagissait à l’interpellation du groupe « Manosque Citoyenne ». Ce dernier dénonce l’état de santé des personnels de la mairie et de l’agglomération manosquine, avec « des dégradations générées par un management par la terreur ». « On se préoccupe du sort personnel des employés, une psychologie est en place elle nous fera part de son rendu », explique l’élu en affirmant sur l’antenne d’Alpes 1 qu’il était prêt à rendre « publics les chiffres des arrêts maladie ».

 

« Je gère cette maison comme j’ai géré mes entreprises »

Manosque et la DLVA font aussi face aux baisses de dotations, « 40 millions d’euros pour les deux collectivités d’ici la fin du mandat », assure Bernard Jeanmet-Peralta. Pour l’élu, il « fallait réduire la voilure », se satisfaisant au passage d’une diminution de la dette par habitant de 3.000 euros en 2001 (début de son mandat – Ndlr-) à 1.000 euros aujourd’hui. Les frais de fonctionnement ont donc été réduits de 10 %, « si on ne maintient pas cette pression, on ira vers une explosion exponentielle. Il faut gérer au plus près pour ne pas accentuer la pression fiscale ».

 

L’eau, une compétence qui restera intercommunale

Alors que la loi NOTRe du 7 août 2015 prévoit le transfert obligatoire dès 2020 de la compétence eau et assainissement des communes vers les communautés de communes, une proposition de loi donne la possibilité aux communes de s’opposer au transfert automatique, et ainsi de le différer. Et d’obtenir un délai de 6 ans. Un délai qui n’est pas souhaitable pour Bernard Jeanmet Peralta.

 

Conflit avec Saint-Maime : « il n’est pas question que les 26 communes paient »

 

Un contentieux entre la DLVA et la commune de Saint Maime est en cours. Commune qui a décidé, il y a un an, de quitter la communauté d’agglomération pour intégrer la Communauté de Communes Haute Provence Pays de Banon. Depuis, le conflit porte sur la somme à rembourser au titre des investissements réalisés : quand la DLVA réclame près de 700000 euros, Saint-Maime est prêt à payer 240 249,30 euros. « Quand il y a un divorce, on paie ce que l’on doit. On ne laisse pas de l’argent à la dérive, ce n’est pas aux 26 communes de payer pour Saint-Maime », réagit le président, en rappelant que c’est désormais à la préfecture de se prononcer.

 

Le centre aqualudique en bonne voie

C’est un projet qu’il s’est fixé avant la fin de son mandat : la nouvelle piscine. Un établissement qui sera communautaire, après vote des élus de la DLVA. Un chantier d’un montant prévu à 14 millions d’euros.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios