L'invitée d'Au Bout de l'Actu : "je ne suis pas favorable à une recentralisation de la solidarité, mais à une meilleure péréquation", D. Bagarry

L'invitée d'Au Bout de l'Actu : "je ne suis pas favorable à une recentralisation de la solidarité, mais à une meilleure péréquation", D. Bagarry

POLITIQUE / Delphine Bagarry, députée LREM des Alpes de Haute-Provence.

 

- Alpes de Haute-Provence -

 

« Adopter une autre façon de penser, de voir, et travailler sur l’inclusion par le travail », voilà l’axe sur lequel Delphine Bagarry, députée LREM des Alpes de Haute-Provence, veut travailler dans le milieu du handicap. Alors que l’Etat a décidé d’augmenter l’enveloppe des allocations adulte handicapé de 682 millions d’euros en 2018, en parallèle, dans les Alpes de Haute Provence, le taux de chômage des personnes handicapées est de 10 %. Près de la moitié de la population handicapée au chômage a 50 ans ou plus, par comparaison c’est 20 % pour l’ensemble des demandeurs d’emplois. 3 personnes handicapées sur 10 sont sans qualification. Et autre point : si le secteur public des Alpes de Haute-Provence respecte l’obligation d’employer au moins 6 % de salariés reconnus handicapés, dans le secteur privé, ce n’est même pas 5 %. « Je ne crois pas aux mesures répressives pour inciter à l’embauche, mais à l’incitation, il faut prendre d’autres angles d’approche ». Notamment l’inclusion dans les écoles, « je veux que nous travaillons à la professionnalisation des AVS ».

 

Les collectivités locales contractualiseront-elles avec l’Etat pour le désendettement ?

Le Premier Ministre a enterré sa règle d’or, qui consistait à imposer aux collectivités un ratio de désendettement. Et s’il n’était pas respecté, de diminuer les dotations. Finalement, le Gouvernement annulerait cette procédure contraignante pour une procédure incitative. Avec toujours l’objectif de passer un contrat avec les collectivités locales afin de maitriser les dépenses de fonctionnement. « Dans les Alpes de Haute-Provence, seul le Conseil Départemental serait concerné par la contractualisation », affirme la Parlementaire. Mais alors que des discussions tournent autour de la recentralisation de la compétence solidarité, et notamment le RSA, par l’État, Delphine Bagarry n’y est pas favorable, « le département doit rester chef de file de cette solidarité. Par contre, je suis favorable à une meilleure péréquation entre départements ».

 

Mineurs Non Accompagnés, « c’est une promesse qui sera réalisée : l’État reprendra la mise à l’abri à sa charge »

Les Départements attendent beaucoup de l’État quant aux mineurs non accompagnés. Une prise en charge durant la période d’évaluation qui a coûté plus de 2 millions d’euros aux Hautes-Alpes comme aux Alpes de Haute-Provence. « Cela a été une promesse, elle sera réalisée : l’État reprendra à sa charge ces dépenses ». Mais la députée insiste aussi sur la nécessité de revoir l’organisation, alors que le délai d’évaluation se situe autour de 40 jours, que l’afflux est supérieur aux capacités d’accueil locales en France et que certains mineurs finissent dans la rue ou sans accompagnement.



0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios