Les invités d'Au Bout de l'Actu : collectivités locales « on ne baisse pas les dotations mais on leur demande de faire des économies »

Les invités d'Au Bout de l'Actu : collectivités locales « on ne baisse pas les dotations mais on leur demande de faire des économies »
Photo : Christophe Castaner, Julien Denormandie et Marie-Noëlle Battistel.

POLITIQUE / À l’occasion du 33ème congrès de l’Association Nationale des Élus de Montagne (ANEM), à Forcalquier, Julien Denormandie, secrétaire d’État auprès du ministre de la Cohésion des Territoires, Christophe Castaner porte-parole du gouvernement et Marie-Noëlle Battistel, président de l'ANEM sont les invités d'Alpes 1.

 

- Alpes du Sud -

 

Julien Denormandie, secrétaire d’État auprès du ministre de la Cohésion des Territoires, Christophe Castaner, secrétaire d’État et porte-parole du gouvernement en mission séduction pour redonner confiance aux collectivités locales et en premier aux maires de l’Association Nationale des Élus de Montagne (ANEM). Séduction et pédagogie auprès d’élus en perte de confiance face à l’exécutif. « Les inquiétudes elles existent et il faut les entendre (…) et nous sommes là pour entendre, échanger et nommer  les problèmes afin de trouver des solutions » insiste Julien Denormandie. Mais avant tout, le mot d’ordre, déjà énoncé par la ministre Jacqueline Gourault hier, est de rappeler que la Dotation Global de Fonctionnement (DGF) n’est pas en baisse, « et même en légère hausse. »

 

Julien Denormandie sur Alpes 1.

 

« La confiance elle se crée, mais pour la construire, il faut du temps  » C.Castaner

 

Et si la réponse ne passe pas par «  la distribution de millions » précise Julien Denormandie, Christophe Castaner rappelle que la Dotation d'Équipement des Territoires Ruraux (DETR), entre les mains des préfets, « s’élève à 850 millions d’euros. » Manière de rappeler que si  la politique de la ville s’élève à 430 millions d’euros, « les territoires ruraux, avec les DETR, ne sont pas oubliés. »

Julien Denormandie qui souligne également « la spécificité » des territoires ruraux, qui ne doivent « pas être englobés dans une politique globale. » Une expression à laquelle souscrit la présidente de l’ANEM et députée (PS) de l’Isère, Marie-Noëlle Battistel, qui prône pour « différenciation sur les textes de loi, afin de permettre des adaptations ou des dérogations. »

 

 

Enfin, Julien Denormandie a observé qu’il ne faut pas opposer les spécificités des territoires et que le rôle de l’Etat est de « reconnaître la spécificité montagne. Il n’est pas normal, a-t-il conclu, que dix mois après l’adoption de l’acte 2 de la loi Montagne certains décrets ne soient pas encore passés. »


0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios