Alpes du Sud : fin de la session extraordinaire, quel bilan pour vos députés ?

Alpes du Sud : fin de la session extraordinaire, quel bilan pour vos députés ?

POLITIQUE / Après une première session agitée, les parlementaires sont en vacances. L’heure d’un premier bilan pour les parlementaires des Hautes-Alpes et des Alpes de Haute-Provence.

 

- Alpes du Sud -

 

Avec un vote final sur la moralisation de la vie politique, l'Assemblée nationale a achevé mercredi sa première session extraordinaire. Avec des travaux débutés le 4 juillet dernier, les parlementaires se sont séparés avec la large adoption (412 pour, 74 contre, 62 abstentions) au coeur de l'été du deuxième volet du projet phare de moralisation de la vie politique. Une satisfaction pour l’ex-député des Alpes de Haute-Provence et porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner.

 

 

 

Moralisation de la vie publique, que dit la loi pour les députés ?

Dans les grandes lignes, la loi votée mercredi, indique l’interdiction des emplois familiaux de collaborateurs pour la famille proche (conjoint, parents et enfants ainsi que ceux du conjoint) pour les parlementaires mais également pour les exécutifs locaux. Sous peine de trois ans de prison et de 45.000 euros d'amende, avec dans certains cas restitution des sommes versées.

Pour autant, pour l'emploi de toute autre personne ayant un lien familial (membre ou ancien membre de la famille), les députés ont l’obligation de faire une déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). Pour les membres des exécutifs locaux, la déclaration doit se faire auprès de l'organe de déontologie de leur assemblée pour les parlementaires. Même obligation déclarative en cas d'emploi croisé (embauche d'un collaborateur de la famille d'un autre élu ou ministre).

La suppression de la réserve parlementaire, souvent qualifiée de « dérives clientélistes », a été également votée. Jusqu’alors, à l'Assemblée, chaque groupe recevait une somme de 130.000 euros par député et 160.000 euros par sénateur, soit 147 millions d'euros en 2017 pour l’ensemble des élus pour attribuer des subventions aux associations ou aux collectivités.

Les frais devront également être justifiés pour être remboursés. Jusqu'alors, les députés percevaient une indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) forfaitaire, s'élevant à 5.373 euros net mensuels, 6.110 euros pour les sénateurs.

L’encadrement des activités de conseil pour les parlementaires a également été encadré. Les parlementaires ne pourront plus se lancer dans des activités de conseil en cours de mandat, ni dans l'année avant leur entrée en fonction. Mais il y a un mais … cette disposition ne sera applicable qu'au prochain renouvellement de l'Assemblée.

La vérification de la situation fiscale des parlementaires, eurodéputés compris, sera maintenant effectuée en début de mandat. En cas de manquement, ce sera la démission d'office avec une éventuelle peine d’inéligibilité.

 

Première session pour les élus des Alpes du Sud et déjà une absence remarquée à l’Assemblée

À peine élus, les députés (tous élus LREM) des Alpes du Sud ne brillent pas par leur présence à l'Assemblée nationale. Bien sûr, le travail d'un député ne se résume pas qu'à sa présence dans l'hémicycle, facultative, ni à celle en commission, mais elle permet tout de même de mesurer l'engagement et l'intérêt, tant vanté lors de la dernière campagne, d'un élu à travers le nombre de ses interventions en séance, d'amendements et/ou de rapport déposés … Alors à l’issue de cette première session, Alpes 1 fait un premier bilan.

 

Dans les Hautes-Alpes :

Toujours premier de la classe, malgré sa nomination comme rapporteur général de la commission des finances, Joël Giraud continue de montrer le chemin. Sur cinq semaines d’activité dans l’hémicycle, le député de la 2ème circonscription aura fait 23 interventions longues, proposé 9 amendements, déposé 5 rapports écrits et posé 2 questions écrites. En commission le travail n’aura pas été moins conséquent : sur 11 présences en commission (classant l’élu en 6ème position sur 577), Joël Giraud sera intervenu 62 fois.

Le mystère Pascale Boyer. Députée de la 1ère circonscription, elle constatait début août que cette session se déroulait dans « un rythme effréné ». Mais lorsqu’on pointe sa présence, aussi bien à l’Assemblée qu’en commission, on constate une absence flagrante. Ainsi, sur quatre semaines d’activité l’hémicycle, la députée aura été à l’initiative d’une seule intervention longue, ne proposant ni amendements, et ne déposant aucun rapport écrit ni question écrite. En commission, pas mieux : sur 6 présences en commission, Pascale Boyer ne sera intervenue que 2 fois …

 

Dans les Alpes de Haute-Provence :

Rentrée à l’Assemblée le 22 juillet dernier, Emmanuelle Fontaine-Domeizel, députée de la 2ème circonscription des Alpes-de-Haute-Provence, n’aura été présente que deux semaines entre hémicycle et commission. Une arrivée tardive pour celle qui était la suppléante de Christophe Castaner, et qui aura dû patienter quasiment un mois avant de prendre sa succession depuis le départ de l'ancien maire de Forcalquier au gouvernement. Alors le bénéfice du doute reste entier pour la nouvelle élue qui n’aura été présente que 2 fois en commission.

Delphine Bagarry : la commission avant l’hémicycle. Pour la députée de la 1ère circonscription des Alpes-de-Haute-Provence, le choix semble se porter davantage sur le travail au sein de la commission des affaires sociales. Ainsi, sur six semaines d’activité dans l’hémicycle, la députée aura seulement produit 4 interventions longues, ne proposant ni amendements, et ne déposant aucun rapport écrit ni question écrite. En commission, le travail aura donc été plus conséquent, au moins en terme de présence, puisque l’élue totalise 13 présences, un résultat qui la situe dans les 150 députés les plus actifs, mais avec seulement 2 interventions en commissions.

 

Retour sur bancs de l’hémicycle en octobre

L'heure est maintenant à la préparation de la rentrée parlementaire, en octobre, après le renouvellement partiel du Sénat. Un vote qui ne concerne ni les Hautes-Alpes et les Alpes de Haute-Provence, dont le vote est programmé en 2020. Le projet de loi sur la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme, visant à pérenniser certaines pratiques de l'état d'urgence, s'annonce déjà comme un temps fort. L'épreuve du feu sera le premier débat budgétaire, quelques mois après des coupes budgétaires sévères, dont le gouvernement Philippe a attribué la responsabilité à son prédécesseur.



0 commentaire

Laisser un commentaire
  1. Pas encore de commentaire, soyez le premier.

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire, il faut être connecté : Se Connecter - Créer un compte (gratuit)

A lire également

Hautes-Alpes : J.Giraud souhaite relancer le débat sur l'euthanasie et…

SANTÉ / Le 27 septembre, le député Jean-Louis Touraine a déposé à l’Assemblée nationale une loi sur la fin de vie qui s’ouvre à l’euthanasie et au suicide médicalement assisté. Une proposition de loi que vient de co-signé Joël Giraud.

Alpes du Sud : les députés LREM saluent les « promesses tenues » par…

POLITIQUE / Pascale Boyer et Joël Giraud sont les premiers députés des Alpes du Sud à assurer le service avant vote du premier budget du quinquennat d’Emmanuel Macron dans une tribune signée par 130 députés de La République En Marche.

Hautes-Alpes : hausse du diesel, P. Boyer dépose un amendement afin d’amortir…

POLITIQUE / Alors que le gouvernement confirme que les mesures fiscales, prévues dans le prochain projet de loi de finances, devraient alourdir de 7,6 centimes par litre les taxes sur le diesel dès 2018, Pascale Boyer propose la mise en place de « chèques énergie » pour amortir la hausse.

Le Grand Réveil Alpes 1 de 7h du Lundi 9 Octobre 2017

Avec Thierry Masselis, Gaël Piat et Romaric Ponce.

Hautes-Alpes : loup, J. Giraud obtient un arbitrage avec le gouvernement

AGRICULTURE / Les syndicats agricoles manifestent ce lundi, contre le nouveau plan loup 2018-2023. "Je les comprends", lance Joël Giraud

Hautes-Alpes : Pascale Boyer rejoint le Conseil National de la Montagne

POLITIQUE / Son rôle est de veiller à ce que la réglementation nationale puisse bien s’appliquer en zone de montagne.

L'invitée d'Au Bout de l'Actu : "Loi travail, les lois étaient faites…

POLITIQUE / La députée de la première circonscription des Hautes-Alpes était l'invitée d'Au Bout de l'Actu

Alpes du Sud : dotation de l’État, J.Giraud obtient des engagements…

ÉCONOMIE / Joël Giraud annonce avoir obtenu « des engagements du Président de la République » concernant les dotations de l’État aux collectivités rurales, urbaines et péri-urbaines qui ne baisseront plus. L’occasion pour Alpes 1 de faire le point sur les dernières déclarations qui concernent un sujet capital pour l’ensemble des collectivités locales.

L'invitée d'Au Bout de l'Actu : "loi Travail, nous faisons confiance…

POLITIQUE / La députée LREM des Alpes de Haute-Provence s'exprime sur sa rentrée : loi Travail, loi de Finances 2018 ou bien encore projet de loi pour renforcer la sécurité intérieure et lutter contre le terrorisme

Hautes-Alpes : Pascale Boyer quitte le groupe d'opposition au Département

POLITIQUE / Pascale Boyer justifie son choix par son élection en juin dernier sous l’étiquette de La République en Marche au sein de l'Assemblée Nationale.

Hautes-Alpes : J.Giraud, nommé vice-président du Comité des Finances…

POLITIQUE / En charge de la répartition du montant des dotations de l’État aux collectivités, Joël Giraud intègre un maillon majeur de l’économie des territoires.

Alpes du Sud : l'agenda à suivre en ce vendredi

POLITIQUE / La députée des Hautes-Alpes sur la 1ère circonscription, Pascale Boyer, fait le point sur la session extraordinaire et sur les prochains travaux de l’Assemblée Nationale.

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios