Hautes-Alpes : « ruralité, il faut implanter davantage de programmes ERASMUS »

Hautes-Alpes : « ruralité, il faut implanter davantage de programmes ERASMUS »

POLITIQUE / Nathalie Avy Elimas, secrétaire d’Etat en charge de l’éducation prioritaire, était l’invitée du 8 :30 sur Alpes 1 ce vendredi

 

- Hautes-Alpes - 

 

L’éducation prioritaire est désormais sa mission, depuis qu’elle a été nommée secrétaire d’État en charge de ce portefeuille depuis le 26 juillet dernier. Ancienne professeure des écoles, désormais, Nathalie Avy Elimas a à cœur la réussite scolaire de tous. Après une visite dans le Vaucluse, la Ministre est ce vendredi dans les Hautes-Alpes pour se rendre à Laragne-Montéglin, dont le collège et les écoles maternelles et primaires sont classés en REP, Réseau d’Éducation Prioritaire.

 

Les REP dans les Alpes du Sud

Hormis Laragne-Montéglin, les écoles primaires d’Upaix, du Poët, de Val Buëch Méouge et de Barret sur Méouge sont classées REP. Côté Alpes de Haute-Provence, les écoles La Luquèce et les Plantiers, l’école La Ponsonne et le collège Jean Giono à Manosque le sont également. « Pour être en réseau d’éducation prioritaire, il y a plusieurs critères comme le niveau des élèves mais aussi l’aspect socioéconomique et géographique », explique la Ministre. Et pour elle, « la ruralité est très importante. Si généralement, quand on parle de REP on pense au quartier prioritaire de la ville, ce sont aussi les zones de montagne qui induisent des problématiques autour de la mobilité ».

Des territoires qui sont particulièrement enclavés, « où il y a une forte autocensure, il faut leur ouvrir des horizons. Il faut implanter davantage de programmes ERASMUS ».

 

« Nous allons continuer à dédoubler les classes »

 

À la rentrée 2019, l’ensemble des CP et des CE1 en REP et REP + ont été dédoublés. Des dédoublements qui devraient être étendus aux grandes sections de maternelle dès 2021, « c’est une chance de travailler dans une classe de 12 élèves. Pour les professeurs, c’est plus de temps à consacrer individuellement », se satisfait Nathalie Avy-Elimas. Toutes les autres classes de grande section, de CP et de CEP verront progressivement leurs effectifs limités à 24 élèves. Une mesure qui demande forcément plus d’enseignants, « nous en avons recruté 1.866 supplémentaires dans le premier degré en cette rentrée. Le grenelle des professeurs va être mis en place dès le 15 octobre, il en sera encore question », explique la Ministre. Tout comme la revalorisation salariale des professeurs sera mise sur la table.

 

Décrochage scolaire : la France atteint l’objectif européen

La France doit répondre à un objectif européen : faire passer en 2020 le taux d'abandon scolaire moyen dans l'Union européenne sous la barre des 10 %. Dans ce cadre, la France a atteint les objectifs qu’elle s’était fixée et le taux d’abandon scolaire est de 8.2% en 2019 (12,6% en 2010). Mais avec le confinement, « nous avions eu des inquiétudes ». Si les dispositifs mis en place immédiatement après le confinement n’ont pas fonctionné, « les élèves ne sont pas revenus à l’école », les mesures prises pendant les vacances comme « les vacances apprenantes, les stages de réussite, l’école ouverte. On a vu revenir les élèves. Nous commençons à être rassurés ». Retrouvez l'intégralité de l'entretien ici

 

C. Cava Michard

 

 



0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios