Hautes-Alpes : fermeture des Jeunes Pousses à Briançon, « des faits graves » évoqués par l’ARS

Hautes-Alpes : fermeture des Jeunes Pousses à Briançon, « des faits graves » évoqués par l’ARS

SOCIÉTÉ / Une enquête a été ouverte par le Parquet

 

- Hautes-Alpes -

 

Alors que le centre les Jeunes Pousses à Briançon est fermé depuis le 27 août dernier, une pétition circule pour obtenir sa réouverture. L’Établissement de soins de suite et réadaptation pneumo pédiatrique prend en charge les pathologies respiratoires et allergologiques chroniques qui ne sont pas contagieuses. L’établissement devait être fermé administrativement deux mois, soit jusqu’au 27 octobre. Mais les parents s’inquiètent d’une fermeture définitive.

 

Des enfants et des adolescents de 6 à 17 ans accueillis

Différentes pathologies sont prises en charge, l’asthme, l’obésité qui peut y être associée ou encore la mucoviscidose. Depuis la fermeture de la structure, certains enfants ont dû regagner leur domicile. C’est donc un cri d’alarme que pousse Salina Gasmi-Latreche. Elle est la présidente de l’association Mères-Enfants PACA et présidente du Comité de soutien contre la fermeture des Jeunes Pousses à Briançon.

 

« Ce sont des familles en détresse qui ne comprennent pas comment on a pu les arracher des Jeunes Pousses », S. Gasmi-Latreche

 

Depuis la fermeture, le directeur n’est plus en poste. Selon Arnaud Murgia, une nouvelle directrice est arrivée depuis. Quant au Contrat d’objectifs et de moyens, le CPOM signé avec l’Agence régionale de Santé, il n'aurait pas été respecté. Et la dette serait aujourd’hui « considérable ». Alors que 35 emplois sont menacés par cette fermeture, le maire de Briançon annonçait lors de l’assemblée plénière fin septembre « des éléments d’espoir ». « Il y a des discussions en cours que je soutiens sur un potentiel plan de redressement et je l’espère de reprise. C’est une sorte de proposition que nous avons pris. Je suis mobilisé pour tout faire pour sauver ces emplois en espérant que ce soit dans un contexte qui nous permettent de conserver cette structure » indiquait alors Arnaud Murgia.

 

La sécurité des enfants en jeu selon l'ARS

« Nous avons diligenté une inspection qui a confirmé en partie les dénonciations faites. On a estimé que la sécurité des enfants n’était absolument pas en conformité », explique sur Alpes 1 Philippe De Mester, directeur de l'Agence Régionale de Santé PACA. Car l’ARS a décidé de fermer l’établissement en août dernier à titre conservatoire en imposant à la direction de l’établissement une série de « mesures de redressement ». Selon lui, « elles résultaient d’une inspection diligentée, à la suite de signalements que nous avions reçus et qui étaient très inquiétants sur des choses qui se passaient dans l’établissement et qui nous paraissaient assez graves ».

 

Une enquête ouverte par le Parquet

À ce jour, une ouverture le 27 octobre n’est pas envisagée par l’ARS. Dans le même temps, la justice a été saisie. Le procureur Florent Crouhy a été informé de cette fermeture en tant que « partenaire ». Au vu des dysfonctionnements et des faits graves évoqués par l’ARS, il a décidé d’ouvrir une enquête. Elle a été confiée à la brigade de recherches de la Gendarmerie et doit déterminer s’il y a eu des infractions pénales. Contacté par notre rédaction, le centre des Jeunes Pousses ne souhaite pas pour l’heure répondre à nos questions, « n’ayant pas encore tous les éléments ».

 

Le reportage d’Aurore Vallauri :

 

A. Vallauri



4 commentaires

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios