Hautes Alpes : une saison à oublier pour les Diables Rouges de Briançon

Hautes Alpes : une saison à oublier pour les Diables Rouges de Briançon

SPORTS / Pour ne pas réitérer les erreurs du passé, une réorganisation du club était essentielle avec notamment l'arrivée de Christophe Lapointe au poste de manager général

 

- Hautes Alpes -

 

Pour son grand retour en Ligue Magnus après son titre en Division 1, les Diables Rouges de Briançon ont connu une saison extrêmement difficile. En combinant la phase régulière et le play-down, les Haut-Alpins ont dû encaisser 41 défaites en 44 rencontres. Des résultats qui ont obligé la direction à limoger Claude Devèze, l’entraineur qui avait permis aux Rouges et Blancs de retrouver l’élite du hockey français. Malgré le fameux électrochoc de son arrivée, Éric Médeiros n’a pas pu redresser un exercice 2019-2020 chaotique à plusieurs niveaux.

 

« Sportivement, c’était compliqué et c’était lié à de nombreux facteurs : des joueurs pas au niveau, des joueurs pas prêts et moi aussi qui a ma part de responsabilité », É. Médeiros

Lanterne rouge du championnat, la formation briançonnaise a malgré tout la chance d’avoir une seconde chance en Magnus l’année prochaine suite à la disqualification des Lions de Lyon en début de saison. Pour ne pas réitérer les erreurs du passé, une réorganisation du club était donc essentielle. Des changements qui se manifestent avec l’arrivée de Christophe Lapointe en tant que manager général et des responsabilités élargies de l’entraineur sur le sportif.

 

« Avec nos moyens, il ne faut pas trop louper le recrutement », É. Médeiros

Même si la mission s’annonce compliquée, le maintien est le grand objectif de la saison prochaine pour des Diables Rouges de Briançon qui n’ont plus les moyens de son illustre passé.

 

C.Lourenço



0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios