Hautes-Alpes : les « Sept de Briançon » désormais neuf

Hautes-Alpes : les « Sept de Briançon » désormais neuf
Pierre M. à la sortie du tribunal

JUSTICE / Après le procès des « Sept de Briançon », fin 2018, Pierre M. et Kévin L. comparaissaient à leur tour pour aide à l’entrée irrégulière d’étrangers sur le territoire national. Ils ont reconnus coupables d’aides à l’entrée irrégulière d’un étranger en France

 

- Hautes-Alpes -

 

Les « Sept de Briançon » sont désormais neuf. Après le procès des 3+4 de Briançon fin 2018, deux autres personnes se sont retrouvées devant le tribunal correctionnel de Gap, elles aussi poursuivies pour aide à l’entrée irrégulière d’étrangers sur le territoire national. Deux affaires qui remontent au début de l’année 2018.

 

Question autour de l’identité des migrants

D’abord, la première. Il y a tout juste un an, à la frontière franco-italienne le 6 janvier, sur le front de neige, à Montgenèvre, Pierre M., 55 ans, « vient en aide à des personnes originaires d’Afrique ». Elles sont quatre, selon le Briançonnais alors que le procès-verbal de la Police aux frontières n’en compte que trois. Quoiqu’il en soit, et toujours d’après ce même procès, le quinquagénaire très impliqué dans le milieu associatif briançonnais aurait tenté de s’opposer à ce que le groupe d’étrangers soit embarqué par les policiers, ce que l’intéressé nie. « Je les ai même aidés à porter l’une des jeunes femmes qui avait du mal à tenir debout », assure-t-il. Le contrôle d’identité effectué sur place permet d’établir qu’elle est nigériane et qu’elle est la seule à posséder des papiers. Des papiers suisses. Au bout d’une trentaine de mètres, la Dacia de la PAF doit s’arrêter. C’est là que plusieurs migrants s’enfuient. Ne reste plus que la jeune femme faible qui sera conduite aux urgences après un passage au poste de frontière. Pour l’avocat de la défense, Me Chaudon rien ne permet de prouver que le groupe d’étrangers était en situation irrégulière : 

 

 

Un prévenu sliencieux, une salle bruyante

La deuxième affaire vise Kévin L. Lui est aussi poursuivi pour refus d’obtempérer. Le 25 mars, à 3 heures du matin, il est interpellé par la Police aux frontières, à Montgenèvre, alors qu’il revient d’Italie. Il transporte dans son Citroën break cinq clandestins. Le trentenaire reste mutique et son conseil ne fait aucune déclaration. Finalement, à cette affaire, la salle d’audience, remplie de soutiens, se sera montrée bien plus vindicative, échaudée lorsque la procureure dresse le portrait de Kévin, rappelant qu’il sera jugé en avril prochain pour une affaire de vol. « Cela n’a rien à voir », se sont indignés ses partisans sortis de la salle par l’officier de police judiciaire.

Et ce jeudi après-midi, le jugement est tombé pour les deux hommes. Ils ont été reconnus coupables d’aides à l’entrée irrégulière d’un étranger en France. Pierre a écopé de trois mois de prison avec sursis, et Kevin a quatre mois de prison avec sursis.

 

Q. Perez de Tudela



1 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios