Hautes-Alpes : Valentin Giraud-Moine va s'envoler en Amérique du Sud

Hautes-Alpes : Valentin Giraud-Moine va s'envoler en Amérique du Sud

SPORTS / Grièvement blessé en 2017, le skieur haut-alpin a repris l'entraînement. Avant le début de la saison, il poursuit sa préparation avec l'Équipe de France à la station La Parva, sur les hauteurs de la capitale Santiago, au Chili.

 

- Hautes-Alpes - 

 

C’était le vendredi 27 janvier 2017. Il se luxait les deux genoux dans une violente chute à Garmish-Partenkirchen, lors d’une descente aux championnats du monde en Allemagne. Une détermination de fer, une rééducation suivie d’une réathlétisation. Un an et demi plus tard, le skieur Valentin Giraud-Moine, 25 ans, a rechaussé ses skis. Ce jeudi, il va s’envoler avec l’équipe de France de ski descente au Chili, pour suivre un entraînement d’un mois, à La Parva, une station sur les hauteurs de la capitale Santiago. Il préparait la semaine dernière ses valises, chez lui à Orcières. Et nous l’avons retrouvé serein. Mais lui le sait mieux que personne : il revient de très, très loin. « Il m’a fallu quatre mois pour sortir du fauteuil. Il m’a fallu cinq mois pour marcher et neuf à dix mois avant de rattaquer la musculation. Ça été long, mais ça s’est bien réparé », se réjouit le skieur.

 

Il frôle la double amputation

Et le voir debout, sur ses deux jambes, c’est un petit miracle. Il faut rappeler que Valentin Giraud-Moine était passé du statut d’étoile montante du ski tricolore à celui de grand blessé. Il avait quand même frôlé la double amputation. Mais il est bien de retour sur la neige. Et cette épreuve lui a donné de nouvelles forces.

 

« Je serais peut-être moins fort physiquement, mais plus fort mentalement. Donc, je sais que je rattaque le ski avec ces armes-là », V. Giraud-Moine

 

 

Toujours est-il que rien n'a changé chez lui. Il est toujours un indécrottable compétiteur, il a ça dans le sang. Alors ses objectifs, pour la saison, sont assez clairs : retrouver rapidement son plus haut niveau.

 

« Être un compétiteur, on ne le devient pas. On l’est où on ne l’est pas », V. Giraud-Moine

 

 

Une carrière vers les personnes handicapées ? 

Le Haut-Alpin qui a donc de belles années devant lui. Et il nous a fait une petite confidence, son accident lui a donné cette envie : s’engager à la fin de sa carrière, en faveur des personnes handicapées, pour leur faciliter, tout bon skieur qu’il est, l’accès aux stations de ski.

 

Q. Perez de Tudela



0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios