Hautes-Alpes : Laetitia Roux, la championne de ski alpinisme, sensibilise aux dons d’organes

Hautes-Alpes : Laetitia Roux, la championne de ski alpinisme, sensibilise aux dons d’organes

SANTÉ / La championne du monde de ski alpinisme est la marraine depuis huit ans de France ADOT 05, Association Départementale pour le don d’organes et de tissus humains

 

- Hautes-Alpes -

 

Plus de 6.000 greffes d’organes chaque année en France. C’est 57.000 personnes qui vivent grâce à un organe greffé. 90% des greffons proviennent de donneurs décédés. Ce vendredi, c’est la Journée Nationale du Don d’Organes car aujourd’hui, 23.000 personnes sont inscrites sur les listes nationales, en attente d’une greffe.

 

Pas de services de greffe à Gap

À Gap, il n’y a pas de services de greffe cardiaque, pulmonaire ou même rénale. Si un certain nombre de personnes peuvent être prélevées, le prélèvement n'a pas toujours lieu à Gap, « il n’est pas possible de transférer les malades dans des CHU où il y a des services de greffe. Donc on doit avoir toute cette partie qui consiste à prélever des gens qui sont en état de mort cérébrale pour amener le maximum d’organes possibles à greffer. Des organes qui sont transportés dans les hôpitaux comme Marseille, Grenoble ou Lyon », précise sur Alpes 1 le docteur Jean Berthet, médecin responsable du service de réanimation et responsable de prélèvements d’organes et de tissus à l’hôpital de Gap.

 

« Ça va faire bientôt 20 ans que je vis avec le cœur d’un autre », Paul

 

Paul a 24 ans, il a été greffé du cœur en 1999, à l’âge de cinq ans, « j’étais inscrit sur une liste, il ne me restait qu'un an d’espérance de vie, j’ai été greffé au bout de neuf mois. Le message le plus important, c’est d’en parler de son vivant que ce ne soit plus un sujet tabou ».

 

Une marraine d'altitude

Ne plus être un sujet tabou, c’est la mission de Laetitia Roux, la championne du monde de ski alpinisme. Elle est la marraine depuis huit ans de France ADOT 05, Association Départementale pour le don d’organes et de tissus humains, « il faut bien discuter avec sa famille, ses proches. C’est important d’en parler. Les mentalités changent, évoluent, le don d’organes est plus accepté ».

 

« C’est une chance qu’on nous donne de pouvoir offrir la vie à quelqu’un d’autre ». L. Roux

Si vous voulez plus d’informations sur le don d’organes et de tissus, rendez-vous sur www.dondorganes.fr  

 

A.Vallauri



0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios