Hautes-Alpes : quand l’ex-bras droit de Roger Didier s’intéresse à la campagne de Christophe Pierrel

Hautes-Alpes : quand l’ex-bras droit de Roger Didier s’intéresse à la campagne de Christophe Pierrel

POLITIQUE / À deux ans des élections municipales sur Gap, certaines oppositions politiques pourraient se transformer en un travail commun ?

 

- Hautes-Alpes -

 

Les intéressés ont beau jeu de vouloir minimiser l’information, mais symboliquement et politiquement celle-ci ouvre à la réflexion. Selon nos informations, l’ancien bras droit du maire de Gap, Serge Moro suivrait la campagne des municipales de Christophe Pierrel (Ambitions Pour Gap) d’un regard attentif, glissant parfois à l’oreille quelques expressions politiques, lors de rencontres loin d'être fortuites.

 

« Beaucoup de fantasmes tournent autour d’une campagne, moi je sais pour qui je travaille… pour les Gapençais », Christophe Pierrel.

 

Un homme de l’ombre au service de Roger Didier pendant 9 ans

Si l’homme n’est pas connu du grand public, il fut la cheville ouvrière du maire de Gap durant 9 ans. Parti, en 2017, rejoindre la région Provence-Alpes-Côte d’Azur et la 1ère vice-présidente, Chantal Eyméoud, Serge Moro fut au cœur de la Capitale Douce, directeur de la communication et directeur de cabinet adjoint au maire. Il était celui qui murmurait à l’oreille de Roger Didier, conseils et stratégie de communication sur tous les sujets de la ville. Portant toute la confiance du maire, il était de tout les instants. Du bureau du maire aux déplacements, face à la presse il était celui qui décidait comment et avec qui le maire pouvait parler. Ambiance bon flic et mauvais flic au cœur du bureau du maire : c’est Serge Moro qui prenait les coups directs, protégeant le maire de toutes incursions, arrondissant les angles et portant les éléments de langage.

En clair, Serge Moro était l’homme qui connaissait tout des dossiers de la ville. Un aspect qui ne peut être ignoré alors que la campagne pour la mairie de Gap a réellement débuté depuis l’arrivée de Christophe Pierrel au sein du conseil municipal. Un atout dans la manche de l’ex-chef de cabinet adjoint de François Hollande.

 

« Je n’ai même pas son numéro de téléphone ! »

Pas son numéro de téléphone portable… difficile à croire, mais Serge Moro a de l’aplomb et du savoir-faire. Avant de nier toute correspondance directe ou indirecte, tel un visiteur du soir, l’ex-conseiller répond en rendant hommage à Roger Didier : « un homme pour qui j’ai beaucoup de respect. Nous avons passé 9 ans sans accros. Des critiques lui sont faites, mais il a fait un énorme travail pour sa ville. »

Concernant Christophe Pierrel ? « Il existe politiquement, je lui reconnais un certain talent et une légitimité, mais je ne suis en rien un soutien », précise Serge Moro sur Alpes 1. Minimisant l’impact de ses connaissances sur les dossiers de la ville, celui-ci considère que Christophe Pierrel, « n’a pas besoin d’un homme comme moi. Vu son parcours à l’Élysée, vous croyez vraiment qu’il aurait besoin de mes conseils en communication. »

Quant à Christophe Pierrel ; s’essaierait-il au billard à trois bandes politiques ? « Je suis ouvert à toutes discussions avec tous les Gapençais, mais il n’est pas dans mon équipe de campagne. Franchement il n’y a aucun sujet pour moi. » Tout juste les deux hommes concèdent des salutations cordiales lors de manifestations publiques.

 

A.Cam



0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios