Hautes-Alpes : Simone Veil gravée sur le collège de La Bâtie-Neuve

Hautes-Alpes : Simone Veil gravée sur le collège de La Bâtie-Neuve

POLITIQUE / EDUCATION / Le président de l'Assemblée Nationale, François de Rugy, est venu baptiser cet établissement et rendre hommage à Simone Veil, décédée en juin 2017.

 

- Hautes-Alpes –

 

François de Rugy est venu baptiser le collège de La Bâtie-Neuve ce jeudi matin. Le président de l’Assemblée Nationale a été accueilli par les 350 élèves de l’établissement, qui a ouvert ses portes en 2009. Il répond ainsi à l’invitation du député des Hautes-Alpes de La République en Marche, Joël Giraud, qui est également le Rapporteur général du budget.

 

 

Après une longue réflexion des élus, et après l’accord de la principale intéressée il y a près de deux ans, c’est le nom de Simone Veil qui a été choisi pour ce collège. Elle qui s’est éteinte le 30 juin dernier.

 

« C’est un nom qui s’est imposé comme une évidence », Joël Bonnafoux, maire de La Bâtie-Neuve

 

De nombreux élus étaient présents ce jeudi, pour accueillir le président de l’Assemblée et rendre hommage à Simone Veil. « Les Hautes-Alpes ont aussi maintenant leur Panthéon », n’a pas hésité à lancer le président du Conseil départemental des Hautes-Alpes Jean-Marie Bernard. « Aujourd’hui, avec ce collège elle vit encore », a tenu à dire devant le parterre d’élèves la députée Pascale Boyer. « Madame, c’est à nous de vous dire merci », a appuyé le Préfet Cécile Bigot-Dekeyzer.

 

 

 

 

François De Rugy, président de l’Assemblée Nationale :

 

Simone Veil rattrapée par l’actualité

La veille, mercredi, François de Rugy était à Paris à la marche blanche pour Mireille Knoll, rescapée de la rafle du Vel d’Hiv, mais assassinée le 23 mars dernier. L’antisémitisme, la haine, les préjugés qui restent des fléaux à combattre pour le président de l’Assemblée Nationale. « Pour se défaire des préjugés, de la haine, il n’y a que l’éducation. Il faut toujours faire primer l’intelligence », a-t-il soutenu. L’actualité marquée aussi par les récentes attaques terroristes symboles, selon le patron de l’Assemblée Nationale, de la haine, de l’intolérance, de l’intégrisme. « Il y a le refus de la différence, le refus de la liberté. »

 

 

Simone Veil en quelques dates :

Simone Veil est née Jacob le 13 juillet 1927 à Nice et décédée le 30 juin 2017 à Paris.

Déportée à Auschwitz à l'âge de 16 ans, durant la Shoah, elle y perd son père, son frère et sa mère.

Rescapée, elle épouse Antoine Veil en 1946.

En 1974, elle est nommée Ministre de la Santé par le président Valéry Giscard d'Estaing. On retient la loi dépénalisant le recours par une femme à l'interruption volontaire de grossesse (IVG).

En 1979, elle devient la première présidente du Parlement européen, jusqu’en 1982. Elle est active dans la réconciliation franco-allemande et la construction européenne.

De 1993 à 1995, elle est ministre d'État, ministre des Affaires sociales, de la Santé et de la Ville, dans le gouvernement d’Édouard Balladur.

De 1998 à 2007, elle siège au Conseil constitutionnel.

En 2008, elle est élue à l'Académie Française.

Simone Veil qui, sur décret du Président de la République Emmanuel Macron, entrera au Panthéon le 1er juillet prochain.

 

G. Piat



0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios