Hautes-Alpes : scandale du lait infantile, la FDSEA et l’Union Laitière demandent « que toute la lumière soit faite »

Hautes-Alpes : scandale du lait infantile, la FDSEA et l’Union Laitière demandent « que toute la lumière soit faite »

Tribune / Alpes 1 ouvre sa Tribune aux élus et acteurs socio-économiques des Alpes du Sud. Aujourd’hui, les deux syndicats agricoles qui réagissent suite à la contamination à la salmonelle de lait infantile

 

- Hautes-Alpes - 

 

La crise du lait infantile contaminé du groupe Lactalis continue de susciter réactions et de faire couler de l’encre. Une affaire qui débute fin novembre, alors que les autorités sanitaires sont informées d’un nombre anormalement élevé de cas de salmonellose chez des nourrissons. Tous ont consommé du lait 1er âge fabriqué par Lactalis. Début décembre, les résultats tombent : la contamination à la salmonelle est confirmée au sein de l’usine de Craon, 12 lots sont rappelés dans un premier temps. Mais il faudra pas moins de trois rappels en décembre pour que les produits contaminés ou potentiellement contaminés ne soient plus commercialisés. Fin décembre, 1.345 références sont retirées des rayons, avant que la société ne rappelle tous les produits issus de l’entreprise. Autre scandale, de nombreuses enseignes de grande distribution reconnaissent avoir vendu les produits qui faisaient l’objet de rappel.

« Nous demandons que toute la lumière soit faite », réagissent FDSEA et Union Laitière dans un communiqué qui regrettent « une impression de cafouillages en cascade de l’entreprise, des distributeurs ». Les deux organisations regrettent « la diminution des moyens de services de contrôle de la DGCCRF censée garantir la sécurité alimentaire de chaque citoyen » et craignent des effets sur la réputation des éleveurs laitiers.

 

« Les effets dévastateurs de cette crise sur la réputation d’excellence du modèle agricole et agroalimentaire français ne doivent pas pénaliser, a posteriori, les éleveurs laitiers »

 

« FDSEA et l'Union Laitière demandent que toute la lumière soit faite dans la grave crise sanitaire qui touche à la santé des nourrissons,suite à la contamination à la salmonelle de lait infantile en provenance de l’usine Lactalis de Craon.

Le sujet est trop grave pour laisser s’installer cette impression de cafouillages en cascade de l’entreprise à l’origine de cette crise, des distributeurs, qui ont visiblement fait preuve de beaucoup de laxisme dans l’opération de retrait imposée. On peut regretter la diminution des moyens des services de contrôle de la DGCCRF censée garantir la sécurité alimentaire de chaque citoyen.

L’urgence est de préserver la santé des nourrissons en s’assurant qu’aucun produit à risque ne soit mis en vente en magasin ou en pharmacie. La FDSEA et l'Union Laitière sont solidaires des familles et apportent tout leur soutien aux parents dans cette épreuve. Il faut trouver de réelles explications et établir les responsabilités afin qu’une telle situation ne puisse jamais se reproduire.

Les effets dévastateurs de cette crise sur la réputation d’excellence du modèle agricole et agroalimentaire français ne doivent pas pénaliser, a posteriori, les éleveurs laitiers déjà fortement malmenés par deux années de crise. Emmanuel Besnier ne doit pas répercuter et faire endosser le prix de ses erreurs aux agriculteurs. Nous serons très vigilants !

Le monde agricole français n’a pas à payer la facture d’une crise dont il n’est pas responsable. Emmanuel Besnier doit apporter des réponses et donner des assurances aux producteurs français, sans qui il n’aurait jamais réussi à bâtir le premier groupe laitier mondial. »



0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios