Hautes-Alpes : migrants, une lettre ouverte à Emmanuel Macron

Hautes-Alpes : migrants, une lettre ouverte à Emmanuel Macron

POLITIQUE / Dans cette longue lettre, publiée sur un site internet de pétitions, un habitant tente d’alerte le Chef de l’État sur les nombreux migrants qui tentent la traversée de la frontière via le col de l’Échelle.

 

- Hautes-Alpes -

 

« Les sommets de la honte », le titre d’une lettre ouverte adressée au Président de la République Emmanuel Macron par un habitant de Névache Bernard Ligier. Dans cette longue lettre, publiée sur un site internet de pétitions, il tente d’alerte le Chef de l’État sur les nombreux migrants qui tentent la traversée de la frontière via le col de l’Échelle, dans la neige et le froid extrême. Il dénonce les « ramassages » de la gendarmerie, remettant en question le respect des réglementations. Ce Briançonnais demande la fin de « l’apartheid » en améliorant l’accueil et la prise en charge des migrants et demandeurs d’asile.

 

La lettre à Monsieur le Président :

« À Névache, dans les Hautes‐Alpes, la neige tombe depuis plusieurs jours, la Lombarde est parfois brutale ! Les températures nocturnes passent maintenant entre 10 et 15 degrés sous zéro, mais les migrants venant d'Italie continuent d'arriver…

Jeunes, souvent mineurs, ils tentent le passage du Col de l'Échelle (1 700 mètres) pour rejoindre ensuite la ville de Briançon ; 20 kilomètres à pieds si aucun automobiliste ne veut ou ne peut les prendre en charge. À moins qu’un fourgon de gendarmerie ne les intercepte pour les reconduire à la frontière, de jour comme de nuit, sans tenir compte de la réglementation concernant les mineurs isolés ou les demandeurs d’asile. Ils ont des ordres, disent‐ils ! Des ordres pour ne pas respecter la réglementation ?

Ces migrants, d'Afrique subsaharienne et le plus souvent francophones, sont pourtant prêts à tout pour rejoindre notre pays et y rester pour reconstruire dignement leur vie en travaillant. Nous devrions en être fiers.

Dans les conditions actuelles, nous les accueillons comme des terroristes en leur appliquant une législation antiterroriste qui n'a pas été faite pour eux ! La lecture du code Schengen des frontières est, à cet égard, très claire.

Vous avez, nous dit‐on, découvert récemment, à la suite d'un reportage de CNN, l'horreur des marchés aux esclaves de Tripoli.

Quelques contacts directs avec les Névachais ou les Briançonnais vous en auraient appris bien davantage, depuis deux ans au moins.

Ancien officier formé à Saint‐Cyr, je m'interroge sur ce que pouvaient bien faire nos services de renseignement !?

Pourtant, mais vous n'avez pas abordé cette question en nous parlant des marchés de Tripoli, l'Union Européenne (dont l'Italie et la France) paît les gardes‐côtes libyens pour récupérer en mer un maximum de migrants et les renvoyer en Libye ; où ils les revendent peut‐être, une deuxième fois ?

L'Union Européenne et notre pays (qui revendiquent leurs racines chrétiennes quand cela les arrange) contribuent ainsi au bon fonctionnement d'un commerce que l'on croyait à jamais disparu.

Bilan de ce long voyage : lorsqu'il parvient sur notre territoire, un migrant a souvent perdu le tiers de ses compagnons de route entre le Sahara, la Libye, la Mer Méditerranée et la France.

Aujourd’hui, l’hôpital de Briançon en ampute certains qui ont « pris froid » dans la montagne au péril de leur vie. Devons-nous attendre des morts pour que nos institutions réagissent humainement ?

On comprend que, pensant arriver dans la commune de Névache au terme d'un voyage qui aura souvent duré deux ans, rien ne les empêchera de s'engager dans la traversée du Col de l'Échelle, quelles que soient les conditions.

Pour nous, Névachais, l'impératif humanitaire s'impose même si les forces de l'ordre s'efforcent de nous en dissuader. Il faut les retrouver si possible, les recevoir, les remettre en forme, les soigner puis les conduire à Briançon où ils pourront commencer à traiter leurs problèmes administratifs avec les associations en charge de ces questions.

Au cours du mois de décembre, nous avons dû, à six reprises au moins, faire appel au « Secours en Montagne » pour leur éviter la mort, non sans éviter gelures et traumatisme divers.

Pas encore de morts reconnus, mais cela viendra, Monsieur le Président.

Et tout cela avec des bénévoles non seulement sans aide de l'État mais au contraire sous la menace des forces de maintien de l'ordre. À vouloir faire œuvre humanitaire, nous Névachais et Briançonnais, sommes traités comme des délinquants ! On nous interdit de prendre un Africain en stop, quelles que soit la température et l'heure !

Depuis quand l'automobiliste devrait‐il refuser un passager au seul vu de sa couleur ?

Dans la Clarée, Monsieur le Président, nous refusons l' apartheid !

Quelles que soient les menaces, nous ne pouvons refuser l'action humanitaire, à commencer par le secours à personnes en danger, lorsque les pouvoirs publics abandonnent cette mission. Les ordres reçus ne sont pas de pratiquer une action dignement humaine mais de renvoyer en Italie un maximum de migrants au mépris de leurs droits.

Où est la solidarité européenne, Monsieur le Président ?

Monsieur le Président, je sais que nous ne sommes pas les seuls français dans cette situation. Vous vous trouvez dans une position qui durera aussi longtemps que l'on ne prendra pas le mal à ses sources, réchauffement climatique, sous-développement de nos anciennes « colonies » et autres.

Vous savez vendre des avions, pour tuer ! Pouvez‐vous prendre en considération la misère de ces migrants, comme le Pape François y invite nos contemporains ?

Les Névachais et les Briançonnais, respectueux de la loi, sont prêts à travailler avec les services de l'État pour trouver des solutions, à condition que l'État accepte de les entendre, ce qui n'a pas encore été le cas, et de les entendre sans vouloir en faire des auxiliaires de police ! Nous pourrons alors retrouver la fierté de nos cimes et redonner à notre pays l'honneur qu'il est en train de perdre et que nous perdons tous avec lui.

Souvenons-nous de ces milliers d'Africains morts pour la France au cours des deux dernières guerres mondiales. Ce sont leurs petits‐enfants que nous devrions laisser mourir dans la neige ? »

Pour l'ancien Saint‐Cyrien que je suis, dont la promotion porte le nom d'un colonel Géorgien mort au combat, de telles perspectives sont insupportables, Monsieur le Président. Nous comptons encore sur vous mais le temps presse. »

 



0 commentaire

Laisser un commentaire
  1. Pas encore de commentaire, soyez le premier.

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire, il faut être connecté : Se Connecter - Créer un compte (gratuit)

A lire également

Hautes-Alpes : Pommeret et Merello s'imposent à Névache

SPORT / Merello et Pommeret ont dominé les plateaux féminin et masculin du trail blanc de Névache 2018 ce dimanche

Hautes-Alpes : Névache, un trail 2018 plus blanc que blanc

SPORT / Le Trail Blanc New balance à Névache se tiendra dimanche le long de la Clarée. Une édition 2018 qui promet des passages trappeurs exceptionnels au regard des trois mètres de neige cumulés tombés dans la vallée.

Hautes-Alpes : réouverture des accès à Névache ce midi et à Ristolas…

ROUTES / Face au fort risque d'avalanches, les accès avaient été fermés.

Hautes-Alpes : coupure d'électricité à Névache

RETOUR D'EST / Une ligne aurait été coupée, suite à une coulée de neige. 600 foyers concernés.

Le Grand Réveil Alpes 1 de 7h du Lundi 18 Décembre 2017

Avec Thierry Masselis, Gaël Piat et Romaric Ponce.

Hautes-Alpes : mobilisation contre la politique migratoire

SOCIÉTÉ / Des États généraux des migrations pour dénoncer l'intimidation des citoyens solidaires, la répression policière aux frontières, le durcissement de la politique française et l'impasse des politiques migratoires européennes.

Alpes du Sud : vos événements du week-end

SOCIÉTÉ / États généraux des migrations ces 16 et 17 décembre à Briançon.

Hautes-Alpes : réouverture de l'accès à Névache

ROUTES / Un hélicoptère a largué 40 kilos d'explosifs, sur les massifs de Pece et Guio.

[MAJ] Hautes-Alpes : Névache coupée du monde, un PIDA aura lieu ce mercredi…

SÉCURITÉ / Un hélicoptère, avec à son bord deux artificiers, va larguer 10 charges de 4 kilos d’explosifs sur la zone

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios