Hautes-Alpes : le département saturé par l'afflux migratoire

Hautes-Alpes : le département saturé par l'afflux migratoire

SOCIÉTÉ / 76 mineurs non accompagnés ont fait leur arrivée lundi. Puis 35 nouveaux entre mardi et jeudi, le Département sature dans la prise en charge de ces mineurs isolés

 

- Hautes-Alpes -

 

Les services du Conseil Départemental des Hautes-Alpes, saturés par l’afflux de migrants. En l’espace de quatre jours, ce sont près de 100 personnes qui sont arrivées dans le département, nécessitant une prise en charge rapide.

 

« C’est plus en quelques jours qu’en un an »

Ils étaient 76 ce lundi à faire leur arrivée dans les Hautes-Alpes, tous se présentant comme des mineurs isolés et donc dépendants de la protection du Département. Au sein des services, on fait face à une véritable difficulté, « c’est déjà plus en un seul jour qu’en un an », explique-t-on. En effet, en 2016, les Hautes-Alpes avaient enregistré l’arrivée de 65 mineurs non accompagnés.

 

88 % viennent du Mali, de Côte d’Ivoire et de Guinée

Ces dizaines de migrants ont depuis été enregistrées par les services : selon nos informations, tous ont transité par l’Italie, mais 88 % d’entre eux sont originaires de Guinée, du Mali et de Côte d’Ivoire. Il s’agirait alors, selon le département, de migration économique. Pour la Guinée, si aucun avertissement n’est en vigueur, le pays est en proie à des tensions politiques et sociales. Concernant le Mali, les menaces terroristes ont enflé ces derniers mois, avec l’attentat du 18 juin dernier à Bamako dans un campement. Des menaces terroristes prévalant dans la zone sahélienne. Enfin, en Côte d’Ivoire, aucun avertissement là non plus mais un appel à la prudence de la part du gouvernement en raison de la criminalité et l’insécurité qui règnent dans certaines régions, notamment dans la zone frontalière avec le Libéria.

 

35 nouvelles arrivées entre mardi et jeudi

S’il a été compliqué de trouver une solution d’hébergement pour ces migrants, la plupart étant désormais accueillie temporairement au sein du lycée agricole de Gap, la situation n’a fait qu’empirer en l’espace de deux jours. En effet, depuis mardi, ce sont 35 nouvelles arrivées, dont 26 simplement pour la nuit de mercredi à jeudi, tous se présentant également comme des mineurs isolés ayant transité par l’Italie, sauf cinq d’entre eux arrivant d’Espagne.

 

Difficile d’établir l’âge des mineurs non accompagnés

Ils seront enregistrés par les services du département rapidement, qui procèdera à un entretien et une évaluation de la personne, de son parcours et de son âge exact. Un point compliqué à établir car la majorité arrive sans papiers. La loi prévoit des examens médicaux pour établir s’il s’agit ou non de mineurs. Depuis le début de l’année, 8 % des dossiers de Mineurs Non Accompagnés ont été rejetés, les migrants concernés étant en fait majeurs.

Une fois l’enregistrement établi, les dossiers sont transférés au parquet qui décide de l’affectation finale. Contactée, la préfecture des Hautes-Alpes souligne qu’elle poursuit une action coordonnée avec les forces de l’ordre afin de rendre les frontières, notamment le col de l’Echelle et de Montgenèvre opaques.



0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios