Hautes-Alpes : Polyaéro, ou quand l’avenir est aussi dans les airs

Hautes-Alpes : Polyaéro, ou quand l’avenir est aussi dans les airs

ÉCONOMIE / Octobre 2016, première rentrée pour le centre de formation à l’aéronautique Polyaéro à Tallard et inauguration sous le signe de la réussite collective.

 

- Hautes-Alpes -

Et si aujourd’hui les Hautes-Alpes avait une nouvelle raison de se sentir fières ? Fières d’intégrer l’une des économies les plus puissantes de France avec ces quelques 102 milliards d’euros annuels. L’aéronautique ou le nouvel emblème des Hautes-Alpes, avec l’inauguration du centre de formation aux métiers de l’aéronautique, Polyaéro à Tallard. « Soyons fiers de ce projet qu’a su porter le département au-delà des divergences politiques, et avec l’appui de tous », ainsi aura résonné le leitmotiv des élus qui tour à tour auront pris la parole ce vendredi lors de l’inauguration du site.

Tous présents, ou presque, de droite comme de gauche, de la Caisse des dépôts en passant par l’État et la Région, le département des Hautes-Alpes a célébré une aventure humaine et politique départementale dont la graine a été plantée en 1994.

 

 

Un pôle aéronautique régional en direct des Hautes-Alpes

Jusqu’alors disséminés entre Aix, Marseille et Gap, les jeunes de Polyaéro, formés aux métiers de l'aéronautique, se retrouveront enfin dans leur propres locaux, situés  à Tallard, près de l'aérodrome.

 

En savoir plus >>> la 1ère rentrée dans les nouveaux locaux de Polyaéro

 

Mais au-delà des sourires et des congratulations de circonstance, un message plus ambitieux a été lancé, et largement distillé par celui qui avait symboliquement posé la première pierre du chantier, le président du Medef, Pierre Gattaz.

Pas de grand discours patronal à charge contre le gouvernement, mais tout de même un rappel : « Il faut se rassembler, il faut sortir des clivages politiques, il y en a marre des grands discours, et Polyaéro en est un exemple concret », affirme le représentant des patrons. Rappelant également que la formation était « un élément essentiel, dont les chefs d’entreprises ont besoin au quotidien. » Et au-delà, un moyen de « renforcer un savoir faire français, prêt par la suite à s’exporter dans le monde. »

 

Travailler de concert ? Message reçu par le maire de Tallard

Il en était un parmi les élus qui ne boudait pas son plaisir, c’est bien sûr le maire de la commune de Tallard. Jean-Michel Arnaud, qui rappelle que si ce projet a pu voir le jour, c’est grâce « au fruit d’un consensus (…) j’ai salué dans mon discours le travail des parlementaires, comme celui de Joël Giraud -député PRG- et c’est uniquement grâce aux forces vives que nous avons réussi. » Et de rappeler que « c’est grâce à la formation que nous retrouverons le plein emploi ». Et en la matière Polyaéro, c’est 100% des personnes formées qui trouvent un emploi à la sortie, ou dans les deux mois qui suivent.

Travailler de concert, la garantie de la réussite pour l’emploi et pour le futur. Et si à la veille d’élections majeures pour le pays on restait sur cette idée… au moins quelques heures ?

 

Pierre Gattaz, président du Medef :

Jean-Michel Arnaud, maire de Tallard :



0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios