Alpes de Haute-Provence : Stratégie nationale de lutte contre la pauvreté

Alpes de Haute-Provence : Stratégie nationale de lutte contre la pauvreté

Olivier Jacob, préfet des Alpes-de-Haute-Provence, et René Massette, président du Conseil départemental, ont présidé ce lundi le comité de suivi de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté, en présence de Joëlle Chenet, commissaire à la lutte contre la pauvreté de la région PACA.

Annoncée le 13 septembre 2018 par Emmanuel Macron, la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté est un chantier prioritaire du quinquennat, innovant par les budgets et par un pilotage à partir des territoires et des acteurs de proximité. Elle entend garantir les droits fondamentaux des enfants, accompagner les plus vulnérables pour favoriser l’accès à l’emploi et la sortie de la pauvreté.

Cette stratégie inédite d’investissement social vise également à assurer à tous les jeunes un parcours de formation leur permettant d’acquérir des compétences et de favoriser leur autonomie, mais aussi à rendre les droits sociaux plus accessibles, plus équitables, et plus incitatifs à l’activité.

Depuis la signature, le 26 juin 2019, de la convention entre l’État et le Conseil départemental, le comité de suivi a permis de présenter un bilan des mesures mises en œuvre et des crédits mobilisés dans les Alpes-de-Haute-Provence.

Pour l’année 2019 :

- 490 000 € ont été engagés, à hauteur de 240 000 € pour l’État, et de 250 000 € pour le Conseil départemental, dans le cadre d’actions telles que l’accueil social inconditionnel de proximité, l’insertion des bénéficiaires du RSA, l’accompagnement spécifique des femmes en situation de précarité ou encore les actions collectives en lien avec la parentalité.

- 11 000 € ont été alloués pour des projets territoriaux en direction du Centre médico-social de Forcalquier et du Point Rencontre de Château-Arnoux-Saint-Auban.

- 110 000 € supplémentaires de dotation de l’État ont été alloués au Conseil départemental au titre des politiques d’insertion.

Pour cette année 2020, :

- près de 800 000 € ont été dégagés pour le déploiement et le renforcement des premières actions ainsi que pour la formation des travailleurs sociaux et pour une part d'initiatives nouvelles.

- 800 000 € ont été alloués pour la mise en œuvre de la nouvelle stratégie nationale de prévention et de protection de l’enfance.

Dans le contexte actuel de crise sanitaire lié à l’épidémie de Covid-19, ces dispositifs de développement social viennent renforcer l'accès aux droits et l'accompagnement des personnes jeunes ou moins jeunes en situation de précarité. Des dispositifs qui garantissent la continuité des activités vitales pour les plus populations les plus fragiles : aide alimentaire, accès aux logements et à l’hébergement d’urgence, protection de l’enfance, aide à la parentalité, lutte contre les violences infra-familiales…etc.

 

Olivier Jacob a salué « l’engagement de tous les acteurs, État, collectivités, associations, dans la définition et le déploiement de ces actions en faveur des populations les plus vulnérables, et dans cette démarche de construction collective d’un nouveau modèle social. »

 

TM


0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios