Alpes de Haute Provence : « le ski était inévitable »

Alpes de Haute Provence : « le ski était inévitable »

SPORTS / Pour le premier numéro de 8:30 Sport en 2020, notre invitée est la skieuse Tifany Roux

 

- Alpes de Haute Provence -

 

« Des top 5 en Coupe d’Europe et des top 30 en Coupe du monde, voir top 15. Je pense que j’en ai les capacités ». C’est avec une certaine fraicheur mais beaucoup d’ambitions que Tifany Roux débarque ce dimanche sur les pistes de la Coupe du monde pour participer au combiné d’Altenmarkt, en Autriche. « Une piste que j’aime beaucoup », ajoute la pensionnaire du Groupe Skieurs Sauze Barcelonnette qui aura le bonheur de partager ce grand moment avec la skieuse de Risoul, Camille Cerutti : « c’est une copine de longue date donc je suis très contente de faire cette course avec elle ».

 

Des résultats encourageants avant ce premier grand test

Cette sélection en Coupe du monde est l’aboutissement d’un début de saison concluant en Coupe d’Europe avec notamment une 9ème place à Saint-Moritz en Suisse qui a été un vrai révélateur pour cette adepte du Super G. « Il y avait toutes les filles de la Coupe du monde qui étaient là. Une grande partie en tout cas et je ne suis pas très loin de Tessa (Worley) qui a été 3ème (elle était finalement 2ème) de cette course donc je suis plutôt contente », explique Tifany Roux qui espère continuer à titiller les meilleures avec un objectif à moyen terme : les Jeux Olympiques d’hiver de Pékin en 2022.

 

Le ski comme une évidence pour Tifany Roux

Une première participation en Coupe du monde cette saison qui aurait pu se concrétiser plus tôt à Val d’Isère mais la météo en a décidé autrement. En effet, les 21 et 22 décembre derniers, les deux épreuves ont dû être annulées. Alors que le combiné est purement annulé, la descente sera reprogrammée le 24 janvier prochain à Bansko, en Bulgarie. Une déception donc pour la Barcelonnette « surtout que toute ma famille était montée me voir » et que le ski est plus qu’ancré dans le quotidien des Roux. Avec un père et une grand-mère moniteurs de ski, « dès que j’ai su marcher, on m’a mis sur des skis dans la station du Sauze donc avec ces gènes-là, le ski était inévitable ».

 

C.Lourenço



0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios