Alpes de Haute-Provence : urgences de Sisteron, pas de retour à la normale dans l’immédiat

Alpes de Haute-Provence : urgences de Sisteron, pas de retour à la normale dans l’immédiat

SANTÉ / 3.8 équivalents temps plein sont toujours recherchés

 

- Alpes de Haute-Provence -

 

Urgences de Sisteron, une réunion pour rassurer mais pas de retour à la normale...Ce mercredi, le maire de Sisteron, Daniel Spagnou, le directeur du CHICAS, Yann Le Bras, et le Président de la CME, Didier Constans ont convié la presse pour faire un point de situation après l’été. Depuis le 15 juillet dernier, le service des urgences de Sisteron est fermé la nuit de 20h30 à 8h30 mais, le SMUR, le service Mobile d’Urgence et de Réanimation, est lui ouvert 24H sur 24.

 

3.8 équivalents temps plein sont toujours recherchés sur 11 postes

Il n’y a pas eu de candidatures proposées cet été et l’arrêt maladie d’un praticien a été prolongé. La situation reste donc pour l’heure inchangée, même si neuf agences d’intérim sont missionnées pour trouver des médecins ainsi que deux cabinets de recrutement. Car la situation, au niveau national, est aussi extrêmement tendue. Le SMUR a fonctionné normalement, rappelle le directeur du CHICAS, Yann Le Bras. Il y a eu au total huit sorties SMUR depuis la mi-juillet : « le centre 15 a orienté les patients soit vers la permanence de soin ambulatoire par des médecins généralistes, soit vers un autre service d’accueil d’urgence. Cet été, il n’y a pas eu d’événements indésirables graves mettant en cause la sécurité des soins. » Une réorganisation qui ne satisfait pas toutefois le directeur du CHICAS. Il rappelle que 18.000 patients sont pris en charge chaque année par les urgences de Sisteron dont 4.000 la nuit. Des praticiens du service d’accueil des urgences de Gap sont ainsi mobilisés : « il y en a deux qui viennent à Sisteron depuis l’an passé, en renfort ».

 

« Tout nouveau recrutement de médecins urgentistes à Gap, viendra à 20% de son temps, en appui à Sisteron » Y. Le Bras

 

D’ici la fin de l’année, un équivalent temps plein devrait être comblé, selon la direction, grâce à cette organisation. Sans donner de date de retour à la normale, Yann le Bras mais aussi l’ARS l’assurent, « la situation est temporaire ». Pour le maire de Sisteron, Daniel Spagnou, la pression des syndicats et de la population doit se poursuivre sur l’ARS, « je vais rester très vigilant, comme ça a plutôt bien fonctionné cet été, il ne faudrait pas que l’on nous dise que ça a fonctionné et donc on reste comme cela ».  Pour attirer de jeunes médecins urgentistes, Daniel Spagnou propose de mettre à disposition, gracieusement, un appartement. Pour l’édile, les jeunes médecins « devraient être affectés, durant les premières années de leur exercice ». Notez que le maire de Sisteron, qui a aussi la casquette de Président de l’AMF 04, compte organiser une mobilisation courant septembre, avec les maires du Département, pour défendre les services publics. Le reportage d'Aurore Vallauri :

 

A. Vallauri



0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios