Alpes de Haute-Provence : les urgences de Sisteron fermées la nuit

Alpes de Haute-Provence : les urgences de Sisteron fermées la nuit

SANTÉ / Une fermeture que la direction indique "temporaire" mais aucune date n’est pour le moment fixée pour un retour à la normale

 

- Alpes de Haute-Provence -

 

Les urgences de l’hôpital de Sisteron fermeront la nuit dès le 15 juillet. C’est ce qu’a annoncé officiellement ce lundi la direction. Une réorganisation qu’elle affirme temporaire. C’est la première fois que les urgences de Sisteron connaissent une telle situation. Pour rappel, les établissements de Gap et de la Citadelle sont regroupés au sein du Centre Hospitalier Intercommunal des Alpes du Sud. Le service d’accueil des urgences de l’hôpital de Sisteron sera donc ouvert de 8h30 à 20h30, le service Mobile d’Urgence et de Réanimation, le SMUR, restera lui ouvert 24h sur 24. En cause, selon la direction, des difficultés de recrutement et « un absentéisme médical inopiné ». Yann Le Bras, Directeur du CHICAS :

 

« À compter de 20h30, les patients qui le souhaiteraient peuvent appeler le 15 afin d’entrer en contact avec un médecin régulateur » Y. Le Bras

 

Une réorganisation qui n’a pas d’impact social sur les effectifs du personnel paramédical, indique la direction. Concrètement, les urgences de Sisteron sont confrontées à un déficit de 3.8 Équivalents Temps Plein de médecins sur une équipe de 11 postes. Pour y faire face, des annonces de recrutement sont diffusées au niveau national, des cabinets de recrutement ont aussi été missionnés.

 

À quand un retour à la normale ? 

Si la direction affirme que cette réorganisation des urgences est temporaire, aucune date n’est pour le moment fixée pour un retour à la normale. Ce lundi, un rassemblement avec plusieurs dizaines de personnes s’est tenu devant l’hôtel de ville de la ville pour protester contre cette fermeture. Des urgentistes qui à Sisteron se sont mobilisés ces dernières semaines. Comme au niveau national, ils demandent plus de moyens et se disent épuisés. Pour Cédric Volait de la CGT Santé 04 et de la CGT Santé PACA, ces difficultés que connaissent les services des urgences étaient prévisibles. Il pointe un manque d’anticipation, et s’inquiète des conséquences pour la population :

 

A. Vallauri



0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios